Fermer Menu
Actualités

Tout ce que vous devez savoir sur les Brunello di Montalcino 2019

Après le récent Brunello di Montalcino En Primeur, Filippo Bartolotta dresse un bilan vin par vin du millésime 2019 de la région toscane.

Et c’est reparti avec une autre dégustation de Brunello di Montalcino En Primeur. Cette fois-ci, il s’agissait du millésime 2019. Comme vous le savez tous, le Brunello di Montalcino doit passer au moins cinq ans en cave avant d’être commercialisé, ce millésime arrivera donc sur les étagères à partir de février 2024.

Les attentes étaient très élevées car le millésime semble avoir été l’un de ces grands avec un été chaud avec des nuits fraîches et une quantité relativement bonne de pluie qui a aidé les vignes géométriques sur les collines entourant Montalcino, à pousser relativement sans stress. Quelques personnes ont comparé ce millésime au 2016 « classique », qui a été jusqu’à présent le meilleur millésime de ce siècle, mais si certains échantillons étaient très élégants avec une structure ferme et un grand potentiel de garde comme '16, pas mal d’échantillons semblent plus proches du millésime 2015 plus chaud, plus prêt à boire et plus généreux. Certes, il n’y avait que très peu de ressemblance avec le caniculaire 2017 – où de nombreux vins semblaient avoir choisi un porteur de carrossier – ou avec la structure linéaire et athlétique du millésime pluvieux 2018.

Ce que j’aime particulièrement dans 2019, c’est l’association d’arômes généreux, de fruits souples, d’une jutosité délicieuse et d’une structure importante pour conserver les vins pour les 18 ans de votre enfant ! Donc, dans l’ensemble, un très bon millésime qui a parfois montré un peu trop d’exubérance alcoolique mais avec un grand avenir : les vins semblent montrer un lien très direct avec leur lieu d’origine. Je ne parle pas nécessairement d’une colline ou d’un vignoble spécifique, mais plutôt d’une zone plus vaste. En effet, les vins de Montalcino peuvent être divisés en quatre quadrants principaux : Nord-Ouest, Nord-Est, Sud-Ouest, Sud-Est.

D’ailleurs, lorsque l’on parle de Brunello di Montalcino, il y a trois facteurs principaux qui contribuent également à la qualité de ces vins.

  1. Altitude. Un facteur primordial car le Sangiovese de Montalcino peut aller entre 200 et près de 600 mètres au-dessus du niveau des phoques. Plus un vinaigre est élevé, plus la couleur du vin est claire, plus les vins sont acides et plus le processus de maturation est tardif (ce qui signifie souvent profiter des nuits plus fraîches, ce qui donne des arômes plus frais).
  2. Vent. Montalcino est toujours venteux. C’est un village perché exposé aux vents frais du nord et à la douce brise de mer du sud-ouest. Ces circulations d’air sont un baume contre le mildiou et une baguette magique pour les millésimes pluvieux comme 2018, lorsque quelques jours avant ce qui s’annonçait comme une récolte très maussade et humide, les vents forts et secs ont littéralement séché tout le Sangiovese et le millésime a été sauvé !
  3. Composition du sol. La majeure partie de Montalcino est une marne avec une présence calcaire plus ou moins active et, dans les parties méridionales, également plus sablonneuse. En un mot : les sols à base d’argile apportent du corps et de la longévité, les sols sablonneux, les aromatiques explosifs et les tanins plus prompts, l’argile schisteuse au calcar apporte minéralité et salinité aux vins.

Jetons maintenant un coup d’œil aux quatre quadrants et à certains des interprètes les plus intéressants de ce millésime, en gardant à l’esprit qu’environ 30 caves habituellement présentes au Primeur ne se sont pas présentées cette année.

Nord et Nord-Est

Les parties septentrionales de l’appellation ont donné le plus grand nombre de vins de premier ordre en 2019, exprimant la diversité stylistique et géographique tout en partageant la finesse et la tension comme point commun. Ces vins ont tendance à afficher une expression pure et élégante de fruits – framboise, griotte, orange sanguine ou grenade – entrelacés avec des herbes sèches de baume, des minéraux, une touche de gaieté et parfois une bouffée séduisante d’épices exotiques.

À partir de l’angle le plus septentrional de Montalcino, les pentes balayées par le vent de la colline de Montosoli apparaissent sur la droite à l’entrée de la commune par la route qui relie Montalcino à Sienne. Ce vignoble a acquis la réputation d’être l’un des meilleurs sites pour la production de Brunello. La forme de la « Schiena d’asino » et les sols particuliers composés d’un mélange d’argile sombre et de dépôts alluviaux permettent d’obtenir une maturité optimale et une grande profondeur en bouche tout en conservant des arômes vifs et une acidité élevée. Dans ce millésime, La Casa de Caparzo, l’un des vins les plus emblématiques de Montosoli, est un véritable envoûtant, affichant le caractère unique, presque exotique du Cru - oserions-nous l’appeler un Brunello aux allures de Bourgogne ?

En revanche, le Vigna Montosoli de Canalicchio di Sopra a besoin d’un peu plus de temps pour perdre un peu de son poids tannique - mais même dans ce cas, les arômes sont carrément formidables !

Se déplaçant à environ deux kilomètres vers le sud et traversant la rivière Suga, le quadrant nord-est de la dénomination, qui se trouve juste en dessous de la ville et bénéficie d’une vue parfaite sur les collines vallonnées riches en argile du Val d’Orcia, possède une concentration impressionnante de petits et moyens producteurs qui ont produit d’excellents vins en 2019. Bien que l’acidité racée soit toujours un élément clé – ce qui permet aux vins d’être parmi les rares à établir des parallèles avec le très apprécié Brunello 2016 – la géologie hétérogène entraîne une grande variabilité : les sols vont de caillouteux et calcaires en montée à considérablement plus argileux à mesure que l’on se déplace vers l’est.

Les différentes approches de la vinification mettent davantage l’accent sur la diversité stylistique. Par exemple, les vins de Franco Pacenti, Ridolfi, Fuligni, Renieri et San Filippo sont veloutés, expressifs et aussi, mais pas exclusivement, adaptés à une consommation à court ou moyen terme, tandis que ceux de Capanna et Salvioni mélangent la même finesse avec une bouche légèrement plus serrée et plus nerveuse, nécessitant un peu de garde ou une bistecca alla Fiorentina juteuse pour se montrer au mieux.

Une autre zone extrêmement importante qui s’inscrit dans le quadrant nord-est est la succession de collines escarpées qui s’étendent immédiatement au sud de la ville de Montalcino. Avec une position dominante sur la vallée, cette section de l’appellation est le berceau historique du Brunello di Montalcino : elle comprend les poderi (domaines) d’anciennes dynasties comme Barbi Colombini et Biondi Santi, qui s’attribuent le mérite d’avoir conçu le vin tel que nous le connaissons, et s’étend jusqu’à la Chiuse di Sotto de Gianni Brunelli, dont les vignobles, à notre avis, marquent la frontière entre les deux quadrants du côté est.

Avec un sol riche en argile schisteuse compactée et en pietraforte (grès calcaire), et des altitudes comprises entre 400 et 500 mètres, ces vins comptent parmi les plus puissants et les plus austères de Montalcino, d’abord très discrets, puis s’épanouissant au fil du temps. Un Biondi Santi Riserva 1988 récemment dégusté a prouvé son potentiel à long terme : compte tenu de son goût encore racé et énergique, il n’est pas surprenant que le Biondi Santi Annata 2019 n’arrive pas sur les étagères avant 2025, et que le Riserva soit retenu encore plus longtemps.

Le 2019 de Gianni Brunelli se distingue également : avec les vignobles orientés vers le sud-est et surplombant le mont Amiata, le vin ne montre qu’un peu plus de richesse, mais met toujours en valeur la verve tannique et la fermeté du Brunello du nord.

Caparzo – La Casa

De séduisantes framboises et grenades se mêlent à des violettes, du bois de santal, un soupçon de fer et une touche d’épices exotiques. Si pur et énergique, transmettant un sentiment d’élégance hors du commun grâce à son flux continu de fruits rouges et noirs croquants, d’herbes baumières et de minéraux. Des tanins bien intégrés soutiennent la finale longue et polie.

Gianni Brunelli – Le Chiuse di Sotto

Profond et étagé, avec des notes de ronces fraîchement cueillies sous un voile d’arômes boisés, terreux et balsamiques. Des violettes et des épices noires émergent également à l’aération. Vous obtenez une richesse et une onctuosité supplémentaires en arrière-plan, mais une acidité perçante et des tanins bien extraits créent une progression magnifiquement équilibrée et classiquement racée, culminant dans une finale longue et raffinée.

Franco Pacenti – Rosildo

Incroyablement parfumé, montrant de la gelée de pastèque et des fleurs exotiques, suivies d’herbes botaniques et de sous-bois. Accessible mais possédant suffisamment d’énergie intérieure pour bien performer à long terme. L’orange sanguine et les tanins précis soutiennent la progression longue et magnifiquement équilibrée.

Salvioni

La fumée et le gaminess à l’ancienne se mêlent à la grenade, aux herbes baumières et aux épices noires. De style classique, avec des tanins imposants mais bien maîtrisés qui occupent le devant de la scène, soutenus par des fruits noirs croquants et juste une touche de terre irrésistible. Très profond et complexe, c’est un vin construit pour le long terme.

Canalicchio di Sopra – Vigna Montosoli

Les arômes sont carrément enivrants : bois de santal, épices orientales, café, et les fruits rouges et les fleurs les plus purs en arrière-plan. Des tanins jeunes et imposants et une acidité croquante encadrent les griottes et la grenade, ce qui rend la bouche plus austère et plus serrée que le nez ne le suggère. Pourtant, il s’agit d’une belle interprétation de Montosoli qui évoluera avec grâce.

Capanna

Les cerises noires et les mûres cèdent la place à l’anis, à la réglisse et à une bouffée de café torréfié. Relativement large mais montrant une excellente acidité qui maintient la structure solide sous contrôle. Des tanins jeunes et serrés donnent une finale austère mais équilibrée avec de succulents fruits de ronce et une saveur savoureuse.

Fuligni

Des violettes aériennes et des griottes avec une touche botanique et orange amère - presque à la Negroni. D’une souplesse trompeuse, avec des fruits rouges saccharose camouflant la structure tannique solide. Élégant et poli, il se boira bien dès la sortie de la porte tout en possédant suffisamment de chair et de structure en milieu de bouche pour vieillir magnifiquement.

Renieri

Des fruits rouges sucrés se mêlent à des fleurs exotiques, à l’eucalyptus et à un soupçon de terre humide. Si suave et accessible : l’acidité vive est alliée à une saveur rafraîchissante d’herbes/balsamiques, qui soulève le noyau solide des fruits rouges mûrs et prolonge la finale longue et principalement florale. Un vin accessible qui met l’accent sur la finesse plutôt que sur la puissance.

Ridolfi

Des framboises séduisantes et de l’orange amère entrelacées avec du menthol, du pot-pourri et du cuir. À la fois gracieux et profond, avec des tanins poussiéreux soutenant le flux séduisant de violettes, de fraises et d’orange sanguine. Pure et légère sur ses pieds, la longue finale fait des notes de baies acidulées et d’orange sanguine.

Casanova di Neri

Le style particulier du producteur est pleinement visible : bien qu’il soit le plus traditionnel de l’offre de Casanova di Neri, il présente toujours un profil sombre et puissant, avec des mûres sucrées, du musc animal et du chocolat noir suivis de saveurs similaires. L’excellente acidité traverse les couches de fruits noirs qui colorent le palais, ce qui donne une finale longue et poudrée et jeune.

Castello Tricerchi

Des cerises rouges immédiatement attrayantes se mêlent au cuir et aux épices foncées. Souples et veloutés, les tanins bien intégrés calibrent une bouchée de fruits rouges mûrs et gourmands. Un excellent Brunello pour une consommation à court et moyen terme.

Donatella Cinelli Colombini – Prime Donne

Feutré et balsamique : la réglisse, le cola, la violette et un soupçon de terre humide émergent à l’aération. Une acidité vive et des tanins veloutés soutiennent la bouche moyennement corsée, s’attardant sur la finale longue et polie.

Fattoria dei Barbi – Vigna del Fiore

Jeune et réticent, avec des nuances herbacées sous-tendant les baies noires acidulées et les violettes. Tout aussi austère en bouche, avec des tanins poudrés et une acidité vive à l’attaque, il a les bonnes références pour bien performer à long terme.

Gorelli

Terre humide parsemée de fruits rouges mûrs, de cuir et de pot-pourri. De style très classique avec des tanins racés superposant actuellement la griotte et le sous-bois. Le tabac et le goudron font écho à la finale savoureuse.

Patrizia Cencioni : Ofelio

Joliment sombre, avec des bouffées de café torréfié et de fumée compliquant les mûres croquantes, la réglisse et la terre humide. En bouche, l’acidité est assez sombre pour soutenir toute la structure et donner de l’élévation. La réglisse et les minéraux font écho sur la finale moyenne-longue.

Nord-Ouest

Sur le côté ouest de la ville de Montalcino, vous trouverez un paysage radicalement différent - des montagnes verdoyantes au lieu des collines nues surmontées de cyprès du Val d’Orcia, avec peu de vignobles en vue, la plupart du temps entrecoupés dans les bois.

Ce quadrant est l’un des moins explorés mais donne quelques vins distinctifs. Immédiatement à l’ouest de la ville, les exploitations de L’Aietta, Pietroso, Tiezzi et Colleoni peuvent être considérées comme les vignobles urbains de Montalcino. Les parcelles de ce dernier producteur faisaient à l’origine partie du domaine appartenant à Riccardo Paccagnini, un pionnier abandonné du Brunello à la fin du 19e siècle.

Malheureusement, d'autres zones en terrasses où Paccagnini cultivait des vignes doivent encore être sauvées, car les pentes dramatiques ont longtemps découragé les investissements des grands propriétaires terriens. Ces derniers temps, cependant, la zone dans son ensemble a connu un regain d'activité : Le Vigna Soccorso by Tiezzi, issu de vignes traitées à l'alberello et plantées dans de vieilles sélections massales, a acquis un statut de culte parmi les estimateurs de vins peu interventionnistes, tout en restant relativement abordable. En 2019, il montre une touche d'évolution tertiaire dérivée du style de vinification hyper-traditionnel, mais aussi beaucoup d'énergie durable.

Le Pietroso 2019 brille également par son style mi-épaisseur et parfumé – bien qu’il ne s’agisse pas d’une expression pure de ce quadrant, certains fruits provenant d’exploitations du secteur nord-est.

Peu de domaines sont visibles au-delà de la vallée qui sépare Montalcino des hautes collines de l’ouest : les caves situées sur les côtés de la route SP103 telles que Castello Romitorio, Corte Pavone, Sanlorenzo, Castiglion del Bosco et Tenute Silvio Nardi représentent l’extrême frontière occidentale de la viticulture à Montalcino, certaines de leurs parcelles étant complètement entourées de bois. Alors que des choix stylistiques spécifiques ont permis à quelques-uns de ces vins de se déguster souvent plus riches et plus mûrs que ce à quoi on pourrait s’attendre, les millésimes récents montrent une plus grande emphase sur la finesse, avec une acidité encore plus vive que les exemples du Nord-Est, des tanins plus serrés et des arômes légèrement plus sombres virant vers les fruits noirs.

Pietroso

Le fer et le musc animal compliquent les cerises rouges fraîchement cueillies, le menthol et l’anis. Il est brillant et invitant, avec une acidité semblable à celle d’un laser alliée à des fruits rouges parfumés et à des tanins nerveux. Lumineux et élégant sans être trop serré.

Sanlorenzo

Suave et parfumé, axé sur la violette, la framboise et l’anis. La bouche moyenne, acidulée et jeune laisse clairement deviner sa provenance de vignobles d’altitude (environ 500 m). Élégant et pur, bien qu’encore très serré, il se termine par des saveurs résonnantes d’herbes baumières et de bonbons durs.

Tiezzi – Vigna Soccorso

Le cuir, le fer et le sol forestier cèdent progressivement la place à de séduisantes cerises rouges et pot-pourri. La bouche est tout aussi charmante, avec une savoureuse orange sanguine qui soutient la cerise douce et la crème de cassis, tandis qu’une touche d’évolution terreuse complique la finale légèrement poudrée. Captivant en ce moment, mais aussi digne d’une cave.

Castello Romitorio – Filo di Seta

Extrêmement timide en ce moment, avec des nuances tamisées de violettes et de mûres croquantes sous un voile de poudre de cacao. La bouche est tout aussi serrée mais prometteuse, avec des fleurs séduisantes et un coup de chêne balsamique qui compliquent la progression énergique et acidulée.

Castiglion del Bosco – Campo del Drago

Sombre et terreux, avec du café torréfié et de la fleur de sureau superposant des mûres et des violettes sucrées. Ample et velouté, il est un peu plus crémeux et plus immédiatement attrayant que les autres vins de cette région, mais conserve toujours un excellent équilibre, grâce à une acidité vive et des tanins parfaitement intégrés.

Corte Pavone – Fiore di Meliloto

Du fer, du menthol et juste un soupçon de chêne épicé camouflant les ronces acidulées. Se concentrant sur la finesse plutôt que sur la puissance, il est très gracieux et éthéré, avec une acidité vive dynamisant la progression de poids moyen, du menthol et de la réglisse prolongeant la finale suave.

Tenute Silvio Nardi – Poggio Doria

Des notes distinctives de pomme rouge et de lavande se mêlent à des nuances boisées. Les tanins poussiéreux l’emportent sur le fruit à ce stade, laissant une impression de sécheresse sur une finale moyenne-longue. Il peut s’améliorer avec un peu de vieillissement en bouteille.

Sud-Est

Passo del Lume Spento, ; le passage de la lumière chaude ». Avec un nom qui semble tiré d’un roman de Tolkien, cette zone au sud de la ville de Montalcino est généralement considérée comme l’une des frontières entre les secteurs nord et sud de la dénomination. Culminant à 700 m, c’est aussi le point culminant de la commune – historiquement peu considéré comme adapté à la production de vin de qualité, son potentiel a été réévalué face au réchauffement climatique, avec de grands acteurs comme Antinori et Santa Restituta (Gaja) ayant investi dans les vignobles voisins. Si les expressions pures de ce terroir, comme le vin éponyme du Ragnaie, sont assez insaisissables, les vins élaborés dans les environs immédiats se sont avérés solides en 2019. Projet récent de la famille Franceschi de Il Poggione Fame, La Casaccia a élaboré un Brunello particulièrement prometteur à partir d’une parcelle située entre 450 et 480 m, complètement entourée de bois. Il s’agit d’un cadre inhabituel pour le secteur sud-est de Montalcino – principalement vu dans le nord-ouest – et le vin est tout aussi distinctif que le lieu lui-même.

Un groupe de vignobles très performants se trouve à l’est du Passo del Lume Spento et juste au sud du Chiuse di Sotto. À l’est de la route SP55, qui descend vers le sud-est de l’appellation, San Polo, Le Macioche et San Polino ont produit des vins particulièrement attrayants : des arômes de fruits rouges sucrés compliqués de fleurs sexy et d’épices exotiques, anticipant une bouche accessible et raffinée avec une bonne acidité à équilibrer.

Plus au sud, Castelnuovo dell’Abate est à couper le souffle avec ses vues parfaites sur les vignobles et les maisons rurales avec en toile de fond le Monte Amiata. Monument emblématique, l’abbaye médiévale de Sant’Antimo se trouve au fond de la vallée qui abrite la charmante petite ville. Les domaines sur les pentes environnantes sont parmi les plus vénérés de Montalcino.

L’effet rafraîchissant provenant de la proximité du mont Amiata compense les températures chaudes du jour par des nuits considérablement plus fraîches, ce qui donne normalement des vins volumineux et costauds qui conservent un excellent équilibre - la richesse des fruits rouges assortie de tanins substantiels et d’une acidité mûre.

Alors que les 2019 les plus ambitieux de cette région – comme le Poggio di Sotto – affichent cette combinaison passionnante de puissance et d’énergie, les exemples les moins réussis montrent des fruits plus foncés que d’habitude et une sensation un peu chaude et sèche en finale.

À l'ouest de Castelnuovo dell'Abate, Sant'Angelo in Colle abrite l'une des plus grandes concentrations de vignobles de la dénomination, principalement sur des collines légèrement inclinées avec des sols riches en alberese (calcaire gris) et en galestro. Les Brunellos de cette région ont tendance à être encore plus riches que ceux de Castelnuovo dell'Abate. Bien qu'ils soient toujours généreux et accessibles, l'équilibre remarquable entre les fruits, les acides et les tanins leur permet de bien se comporter à long terme - les millésimes plus anciens de Col d'Orcia, comme le spectaculaire Poggio al Vento 1990, en sont l'illustration.

À l’instar de Castelnuovo dell’Abate, cette zone s’est avérée moins régulière en 2019 que lors des grands millésimes comme 2015 et 2016. Cependant, il offre un bon nombre de vins solides, dont le Col d’Orcia 2019. Légèrement plus mûr et plus fruité que dans les meilleurs millésimes, ce Brunello de grande production se boira bien dès le départ.

Quoi qu’il en soit, la véritable star du millésime à Sant’Angelo in Colle est Giodo : le vigneron de renommée mondiale Carlo Ferrini est devenu célèbre pour ses vins hyper-concentrés, mais sa fille Bianca semble poursuivre un style diamétralement opposé dans ce domaine : la pureté pinot-esque de Giodo est presque anormale. Non seulement c’est le meilleur millésime que ce jeune vignoble – bien que très prospère – ait jamais fait : il incarne un tout nouveau style de Brunello. Alors que ceux qui sont habitués aux versions traditionnellement austères et terreuses n’aiment peut-être pas particulièrement son identité attrayante, polie et fruitée, les amateurs de rouges raffinés d’inspiration bourguignonne trouveront beaucoup à aimer.

Giodo

D’une pureté et d’une légèreté incroyables : les framboises et les roses rouges se mêlent à la lavande, au bois de santal et aux épices orientales. De poids moyen et soyeux, il présente un cœur séduisant de fruits rouges et bleus saccharoses, avec une finesse presque à la Pinot et un croquant d’orange sanguine en arrière-plan. Des tanins précis caressent la progression sans faille et soutiennent la longue finale avec des herbes botaniques et un léger soupçon d’épices de chêne.

Poggio di Sotto

Les herbes grillées, la fumée et le musc animal se marient avec les nuances plus claires des griottes et du pot-pourri. Légèrement austère dans cette phase, les tanins imposants et les minéraux savoureux camouflent la richesse typique des fruits rouges du Brunello de Castelnuovo dell’Abate. Pourtant, il montre une belle adhérence et un bon équilibre, avec une saveur rafraîchissante d’orange sanguine et un subtil côté terreux prolongeant la finale « clair-obscur ». Construit pour le long terme.

Casanova di Neri – Tenuta Nuova

Ce Brunello résolument moderne, vieilli en fût, présente une couleur relativement foncée qui anticipe des arômes exubérants de prunes et de violettes se mêlant à de la poudre de cacao, du menthol, du graphite et des épices noires. Larges épaules et veloutées, l’excellente acidité élève les fruits rouges décadents – mais pas confiturés – au cœur, tandis qu’un coup de chêne crémeux arrondit les bords de la progression sans faille, terminant long et légèrement goudronneux.

La Casaccia di Franceschi

Sombre et envoûtante : les nuances balsamiques anticipent les mûres, les violettes et une bouffée envoûtante de truffe noire. Classiquement terreux et légèrement fumé, mais aussi mince et brillant, avec des fruits de ronce croquants à l’avant et une touche herbacée rafraîchissant la finale savoureuse.

Mastrojanni – Vigna Loreto

Les framboises sucrées et la crème de cassis cèdent la place au fer, à la cendre de cigare et aux herbes méditerranéennes, façonnant un nez de Castelnuovo dell’Abate classique. Des saveurs similaires résonnent en bouche, avec une touche sous-jacente d’orange amère qui contrôle tout et des tanins bien intégrés encadrant la longue finale teintée de fer.

Talenti – Piero

Sombres et profonds, des arômes de gibier et de terre camouflent les fruits noirs et rouges parfumés, anticipant une bouche tout aussi riche qui exhale la puissance de Sant’Angelo in Colle sans être trop lourde. Des tanins jeunes et accrocheurs soutiennent la longue finale avec des minéraux poussiéreux et une excellente acidité pour équilibrer.

Casisano

Prunes, cerises et une touche balsamique vibrante. Un nez élégant avec quelques épices froides et un caractère chaud et fruité. Les tannins sont très bien intégrés, avec des notes intenses de terre et une touche toscane de la vieille école.

Collemattoni

Le fer et les herbes baumières compliquent les fruits rouges attrayants. Structuré et classiquement captivant en bouche, avec des herbes piquantes et de l’orange sanguine sous-jacentes à la cerise rouge succulente, des notes de terre humide et de bois séché prolongeant la finale longue et racée.

Ciacci Piccolomini d’Aragona – Pianrosso

Un peu fermé dans cette phase, avec de la fumée et du fer superposant des fruits rouges fraîchement cueillis. L’orange sanguine et les tanins racés occupent le devant de la scène en bouche, ce qui en fait une progression prometteuse – bien que légèrement austère. Donnez-lui le temps de gagner en amplitude aromatique.

La Magia – Ciliegio

Assez moderne, ne montrant qu’un léger soupçon de terre sous les roses rouges, la prune et les épices douces. Des tanins précis démentent le cœur riche des fruits rouges, ce qui donne une sensation en bouche juteuse et polie avec une finale veloutée et balsamique. Parfait pour une consommation à moyen terme.

Le Macioche

Le romarin et le poivre blanc amplifient les cerises noires et les violettes. Équilibré et accessible, avec des tanins homogènes soutenant la structure moyenne à pleine, des acides bien intégrés et une saveur savoureuse persistent sur la finale longue et concentrée.

San Polo – Podernovi

Délicieusement parfumé : gelée de pastèque, herbes botaniques et pot-pourri lui donnent une allure presque pinot-esque. Super brillant et frais, ce n’est pas le vin le plus profond de l’exposition, mais il fait preuve d’un excellent raffinement et d’une excellente concentration, avec des acides rafraîchissants soutenant le cœur mi-épais de fruits rouges succulents et prolongeant la longue finale.

San Polino – Hélichryse

Séduisant et immédiatement agréable : des effluves d’herbes baumières, d’épices noires et de pain grillé compliquent les cerises rouges et le pot-pourri. Une bouchée de fruits rouges saccharose se poursuit en bouche, façonnant une bouche succulente et ouverte avec une grande acidité à équilibrer et des tanins affirmés s’élevant vers la finale longue et balsamique.

Uccelliera

La cerise noire se mêle au tabac, aux herbes grillées et à une bouffée de terre humide. De style classique avec une acidité mûre et bien intégrée soutenant la structure solide, la cerise aigre et la fumée font écho à la longue finale.

Ciacci Piccolomini d’Aragona

Plus immédiatement attrayant que le Pianrosso, avec du fenouil sauvage et de l’anis sur des fruits rouges sucrés. Accessible et modérément chaude, l’acidité mûre soulève les fruits rouges voluptueux et s’attarde sur la finale légèrement poussiéreuse.

Col d’Orcia

De jolis arômes de fraises des bois et de cerises rouges alliés à la réglisse, à la violette et à l’origan. La bouche est tout aussi fine, mais ce n’est pas le dernier mot en termes de complexité, mais la combinaison de fruits rouges immédiatement agréables et d’acidité mûre est très séduisante. Des herbes séchées persistent sur la finale moyenne-longue.

Il Poggione

Le côté terreux et le côté gamin à l’ancienne l’emportent sur les fruits noirs, anticipant une bouche robuste avec juste une touche d’évolution tertiaire, des tanins affirmés et une saveur savoureuse équilibrant la finale légèrement chaude et fumée.

La Fiorita – Fiore di No

Les mûres et les fleurs se mêlent à la terre humide, au cuir et à la poudre de cacao. En bouche, il est accessible et invitant, avec une structure crémeuse dynamisée par des acides judicieux et des tanins bien intégrés. Des herbes séchées persistent sur la finale moyenne-longue.

Tenuta Buon Tempo

La cerise noire et le cuir se mêlent à des touches saumâtres et herbacées. Similaire en bouche, avec un côté terreux aux fruits rouges discrets, des tanins racés et une bonne acidité soulevant la finale moyenne-longue.

Sud-Ouest

En vous dirigeant vers le sud-ouest depuis le Passo del Lume Spento, vous trouverez des collines qui se dégradent doucement vers la Maremme - de leur sommet, vous pouvez souvent apercevoir la mer Tyrrhénienne à l’horizon.

La luminosité de cette zone est presque éblouissante : avec l’influence maritime, elle façonne des vins à l’allure méditerranéenne distinctive, y compris les quelques Supertoscans de Montalcino, qui connaissent un grand succès.

Le long de la Strada di Argiano, la zone de Tavernelle abrite un groupe de caves de petite et moyenne taille qui dépassent largement leur taille : Case Basse di Soldera Gaja’s Pieve Restituta, Fattoi et Caprili, entre autres. Des sols riches en alberese et des altitudes relativement élevées – souvent au-dessus de 450 m – ont permis la production d’excellents Brunellos en 2019, à l’exubérance méditerranéenne captivante tout en mettant en valeur la diversité stylistique. Faussement agréables dans leur jeunesse, ils vieilliront aussi bien.

Au nord et au sud de Tavernelle, vous trouverez quelques-uns des domaines les plus grands et les plus historiques de Montalcino. Avec une histoire qui remonte au Moyen Âge, Argiano est à nouveau en plein essor sous la direction de l’entrepreneur brésilien Andrè Esteves. Après l’année 2018 très performante, l’Argiano 2019 est une autre grande réussite.

S’étendant au nord, flanqué de bois sur la plupart des côtés, le domaine Castelgiocondo de la famille Frescobaldi s’étend sur 190 hectares. Il comprend également la Tenuta Luce, dont les vignobles sont consacrés à la production du Supertoscan et du Brunello di Montalcino.

Plus à l’ouest, les vignobles de Camigliano, un charmant petit village transformé en l’une des caves les plus renommées de Montalcino, bordent la rivière Ombrone, qui marque la frontière occidentale de la dénomination. Alors que dans certains des millésimes les plus chauds des dernières décennies, les vins élaborés ici ont montré un excès de chaleur et de sécheresse, avec des saveurs cuirées et épicées l’emportant sur le fruit, les 2019 se sont avérés impeccablement équilibrés : une bonne acidité calibre la structure solide et l’exubérance aromatique que l’on peut attendre de l’une des régions les plus chaudes de Montalcino.

Enfin, les propriétés du Castello Banfi occupent l’angle le plus méridional de ce secteur, en descendant vers la rivière Orcia. S’étendant sur près de 200 hectares, Banfi est l’une des marques de vin les plus célèbres d’Italie. La famille Mariani-May et son vigneron historique, Ezio Rivella, s’attribuent le mérite d’avoir ouvert la voie à l’essor du Brunello di Montalcino à partir des années 1970.

Avec plus de 500 000 bouteilles produites en moyenne par an, le Banfi Brunello di Montalcino d’entrée de gamme connaît un succès commercial exceptionnel, et le 2019 est un bon effort. D’autre part, Vigna Marrucheto 2019 est une interprétation particulièrement captivante, se démarquant par son équilibre général tout en incarnant le style signature de Banfi axé sur la richesse et l’attrait immédiat.

Caprili

De la région de Tavernelle/Santa Restituta, il fait preuve d’une belle fraîcheur : la fraise et la grenade mènent la scène, suivies de l’orange sanguine, des herbes séchées et d’une touche de sous-bois. Aussi pur et brillant en bouche, des acides vifs dynamisent la structure moyenne à pleine, avec des fruits rouges saccharose au cœur, et juste une touche de poussière tannique en arrière-plan, ce qui en fait une expression distinctive de ce terroir qui conserve un équilibre et une concentration exceptionnels.

Argiano

Expressif et invitant, un baiser d’épices de chêne encadre les cerises rouges pures laissant place à la réglisse et aux herbes piquantes. D’une séduisante coupe ouverte, le cœur mi-corsé de fruits rouges succulents est soutenu par une saveur d’orange sanguine, il se termine long et savoureux.

Banfi – Vigna Marrucheto

Couveuse et puissante, avec des volutes de fumée et de sous-bois encadrant l’anis, les câpres, les mûres et les violettes. Ample et crémeux, il conserve un bon équilibre grâce à une acidité vive, des tanins substantiels et des éléments herbacés et épicés séduisants qui prennent de l’importance sur la longue finale.

Camigliano – Paesaggio Inatteso

Les fruits rouges et noirs sous des couches d’épices, d’herbes et de nuances animales transmettent un sentiment d’appartenance spécifique. Gras et fumés mais pas trop lourds, les tanins bien intégrés soutiennent la structure substantielle avec des minéraux savoureux, relâchant leur emprise dans une longue finale parfumée de garrigue.

Fattoi

Saufs et animaux, les fruits rouges et noirs cachés sous un voile de terre humide et de garrigue. De style classique avec des tanins imposants laissant progressivement place aux fruits noirs et aux épices, et une finale longue et fumée.

Camigliano

L’orange sanguine, l’origan, le paprika et une bouffée de fumée donnent un nez expressif, anticipant un palais attrayant avec juste une touche de poudrage sous-jacent, et un bon équilibre entre les acides de fruits favorisant l’accessibilité. Des herbes épicées persistent sur la finale moyenne-longue.

Elia Palazzesi

Cerises rouges sur herbes piquantes, tapenade et épices noires. Mi-corsé et accessible, les contours giboyeux et épicés de la structure de poids moyen remarquent la provenance des vignobles ensoleillés, mais le fruit et l’acidité sont suffisamment brillants pour lui donner beaucoup d’attrait en début de bois.

Mocali – Le Raunate

Issu des vignobles voisins de Tavernelle, il se concentre sur les herbes méditerranéennes, les framboises douces et les violettes, avec des arômes terreux et boisés qui résonnent en arrière-plan. Légèrement plus fruité en bouche, avec des fruits rouges mûrs sur un lit de tanins légèrement poussiéreux, une touche herbacée prolonge la finale mi-longue.

Sesti

Très expressif, avec une touche d’évolution tertiaire sous-tendant les cerises douces, l’anis et la poudre de cacao. Il entre ample et fruité, puis devient plus tannique et plus frais vers la finale mi-longue montrant une touche de chaleur alcoolique.

Banfi

De la terre et des herbes séchées se superposent à des cerises noires, avec du chêne grillé et du goudron. Linéaire en bouche : tanins légèrement astringents, colonne vertébrale, une progression ouverte axée sur les fruits noirs crémeux et se terminant par des saveurs fumées et herbacées.

Lecture connexe :

Kellerei Bozen TAL : deux nouvelles icônes du Haut-Adige

Barolo en primeur 2023 : "la solidarité vinicole ne connaît pas de frontières".

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non