Fermer Menu
Actualités

Domaine de la Romanée-Conti 2021 : l'élégance face à l'adversité

Le millésime 2021 a vu la Bourgogne ravagée par des gelées printanières dévastatrices, mais comment les vins de son domaine le plus prestigieux ont-ils résisté ? Louis Thomas fait le point.

Les co-directeurs du domaine, Perrine Fenale et Bertrand de Villaine, étaient présents dans les bureaux du négociant Corney & Barrow pour la présentation en primeur de ses 2021 à une cohorte de professionnels du vin réunis.

Adam Brett-Smith, directeur général de Corney & Barrow, a révélé que la dégustation n'était pas gagnée d'avance : "Nous avons débattu avec le domaine pour savoir s'il fallait faire quelque chose étant donné la taille pathétique du millésime, mais nous avons décidé que nous devions le faire".

Après un hiver doux, le coup décisif a été porté dans les nuits des 6, 7 et 8 avril, lorsqu'une soudaine vague de froid a fait chuter le mercure jusqu'à -8°C dans certaines parties du domaine. Une chute de neige le 7 avril, suivie d'une nouvelle gelée la nuit suivante, a anéanti les bourgeons. Ce désastre a démenti l'idée reçue selon laquelle les vignobles situés en contrebas sont plus vulnérables au gel (lorsque l'air frais et humide s'installe), car les zones plus élevées, comme La Tâche dans le Vosne-Romanée, ont été plus gravement touchées. Un été plus chaud, mais souvent humide, n'a guère apaisé les craintes de faibles rendements, surtout lorsque les dégâts avaient déjà été causés.

Si le mot "pathétique" est un peu fort, les chiffres sont en effet peu réjouissants. Le gel a coûté cher aux vignobles. La région de Vosne a perdu environ la moitié de sa récolte, tandis que Corton et Montrachet ont perdu 90% de leur production. Les vendanges à Corton, qui ont eu lieu les 26 et 27 septembre, ont révélé un rendement à l'hectare de 5 hectolitres (24,6hl/ha en 2020), et celui de La Tâche n'était guère meilleur, avec 8,6hl/ha (29,7hl/ha en 2020). Le point positif est que les conditions météorologiques avant les vendanges ont été favorables.

La qualité plutôt que la quantité

Mais Brett-Smith a suggéré que les immenses pertes rendaient ce qui restait d'autant plus précieux : "Les vins nés de millésimes difficiles ont parfois une beauté directement proportionnelle à la difficulté".

La veille, Corney & Barrow avait entrepris une dégustation comparative des 2021 avec les vins de 2008, un millésime qui, selon Brett-Smith, "donne l'impression que 2021 est facile".

M. Fenale s'est montré tout aussi stoïque, suggérant qu'il ne sert à rien de se lamenter sur des raisins qui auraient pu l'être : "Plutôt que de nous désoler du manque de quantité, nous nous estimons heureux que les vignes aient pu mûrir leurs fruits." À la fin de la période de végétation, fin septembre et début octobre, les taux d'alcool potentiels se situaient entre 13,5 % et 14 %.

En cave, après un tri minutieux des raisins, le maître de chai Alexandre Bernier a vinifié des grappes entières, mais avec une macération plus courte afin de réduire le risque d'extraction d'arômes "verts" ou végétaux.

En raison de la nature relativement délicate des vins, on a opté pour une période d'élevage en barrique plus courte afin de ne pas leur conférer un caractère trop boisé. Les vins ont ensuite passé un certain temps dans l'acier avant d'être mis en bouteille, ce qui a eu lieu entre décembre 2022 et avril 2023.

"Lorsque j'ai goûté pour la première fois le Vosne-Romanée 1er Cru Cuvée Duvault-Blochet, j'ai pensé qu'il était trop bon", a déclaré Brett-Smith, notant une concentration surprenante pour une année aussi fraîche.

Ensuite, le Corton, ou le peu qu'il y avait, offrait un parfum de fruits rouges qui offrait, selon De Villaine, "une touche d'élégance". En effet, l'"élégance" serait le descripteur clé de la plupart des vins dégustés, conséquence d'une saison de croissance fraîche et d'une macération plus courte.

Fenale a dit de l'Échézaux, qui était la dernière parcelle à être récoltée (les vendanges se sont terminées le 2 octobre), que ce qu'il manquait en concentration, il le compensait par sa "merveilleuse structure". Plus structuré encore, le Grand Échézaux, qui, malgré sa jeunesse, offre des tanins peu accrocheurs, mais qui ne sont pas verts pour autant. Le vignoble des Grands Échézaux a lui aussi connu les rendements les plus impressionnants de l'année 2021, avec 21,6 hl/ha.

La Romanée-St-Vivant est, selon De Villaine, un "poing dans un gant de velours... très traditionnel, avec beaucoup d'énergie et de force".

Ensuite, l'"élégance" du Richebourg a été soulignée, cette dégustation marquant la première fois depuis plusieurs années qu'il est dégusté après la Romanée-St-Vivant, malgré la puissance de cette dernière.

Il a même été suggéré qu'avec des vins de cette qualité, ils peuvent transcender les problèmes de la saison de croissance.

"La Romanée-Conti est un autre univers", selon M. De Villaine. "Même dans un millésime difficile, tout est toujours racé et élégant. Ce n'est pas un vin explosif, mais il est solide en bouche - il y a tellement de matière.

Le Corton-Charlemagne, troisième millésime du domaine pour ce vin blanc issu des parcelles En Charlemagne et Le Charlemagne, a fait l'objet d'une appréciation similaire. Les raisins de chardonnay qui ont survécu aux gelées (le rendement pour 2021 était de 4,8 hl/ha, soit moins d'un dixième de celui de 2020) ont finalement donné naissance à un vin que la note de dégustation de Brett-Smith résume comme étant "à la fois zesté et onctueux".

Sur les neuf vins dégustés, celui qui a semblé être unanimement le préféré des participants ce jour-là était La Tâche (1 470 £ pour une bouteille sous douane), que M. Fenale a décrit comme se distinguant par sa "sérénité". Peut-être, comme l'a suggéré Brett-Smith, son attrait est-il directement lié à sa période de croissance difficile.

De Villaine a noté que, malgré sa jeunesse, La Tâche se montrait déjà particulièrement bien : "Il est parfaitement magnifique aujourd'hui. Si vous prenez un La Tâche 2019, par exemple, il doit être conservé pendant un certain temps car il est fort et puissant. Ce vin [2021] est plus élégant.

Les indications de Corney & Barrow sur les dates de consommation suggèrent que La Tâche sera à son apogée entre 2029 et 2040.

" Nous pensions que les 2019 seraient très faciles à boire jeunes - nous avons été surpris ", a ajouté M. Fenale, avant de préciser que le domaine ne " vise " pas à créer des vins à boire tôt : "Ils ont leur propre vie.

Interrogé sur le potentiel de vieillissement, Fenale a plaisanté : "Il n'y a pas beaucoup de vin à attendre !".

M. de Villaine a laissé entendre que la production de vins destinés à être bus dans leur jeunesse n'était pas "l'esprit du domaine", et a commenté : "Ce qui est important, c'est que des vins comme l'Échézaux, par exemple, puissent être bus jeunes, tout en ayant la capacité de voyager dans le futur."

Les estimations de Corney & Barrow pour la période de consommation s'étendent généralement jusqu'aux années 2030, le Montrachet (dont seulement quatre barils ont été produits à partir de la récolte de 2021) devant rester exceptionnel jusque dans les années 2040.

La rareté ajoute certainement de la valeur, même si le prix du vin n'est pas proportionnel à sa rareté. La brochure de Corney & Barrow sur le millésime 2020, nettement plus abondant, montre la différence de prix entre les bouteilles de 2021, comparativement rares. Par exemple, à l'époque, une bouteille sous douane de Romanée-Conti 2020 coûtait 3 870 £, contre 4 250 £ pour le millésime 2021. De même, dans le cas du Corton, une caisse de trois bouteilles de 2020 sous douane coûtait 1 185 £, contre 1 305 £ pour le 2021 - des augmentations notables, voire monumentales.

Il sera certainement intéressant de voir comment la sortie du millésime 2021 influencera la position du Domaine de la Romanée-Conti dans le Liv-ex Power 100 - en 2023, le domaine est tombé à la 67e place, après avoir été deuxième en 2019.

Réception glacée

Bien que les bougies utilisées pour réchauffer les raisins lors des nuits de gel en Bourgogne aient donné lieu à de belles images, cette technique traditionnelle de lutte contre le gel présente un certain nombre d'inconvénients, notamment en raison de la main-d'œuvre nécessaire pour les maintenir allumées pendant la nuit, et leur efficacité est discutable. Pour le Domaine de la Romanée-Conti, l'utilisation de bougies en 2021 était la "première fois" qu'une telle décision était prise, selon M. De Villaine.

Mais c'était peut-être aussi la dernière fois.

"Nous avons des réserves de bougies que nous n'utiliserons jamais", a révélé M. Fenale.

Le Domaine de la Romanée-Conti a également investi dans un moulin à vent pour ventiler les vignes, réduisant ainsi théoriquement le risque de gel. Cependant, cette éolienne a été jugée "peu pratique" en raison des nuisances sonores qu'elle causait aux résidents et parce que, selon M. De Villaine, sans chauffage supplémentaire (et la dépense d'énergie supplémentaire qui en découle), elle ne ferait que brasser de l'air froid dans le vignoble, ce qui risquerait d'aggraver le problème.

Il a également été suggéré qu'essayer de prévenir ces aléas climatiques était contraire à la philosophie et à l'identité du Domaine de la Romanée-Conti.

"Nous ferons encore de la Romanée-Conti dans dix ans si nous avons des câbles chauffants dans les vignes", s'exclame M. De Villaine, "ou bien allons-nous sauter des millésimes ? La réponse à ces deux suggestions est un "non" catégorique. Plus tôt, il avait suggéré que 2021 était une année anormale et que, dans l'ensemble, une saison de croissance plus chaude due au changement climatique avait rendu les millésimes "plus faciles" ces dernières années.

M. Fenale a fait valoir que le Domaine de la Romanée-Conti, qui adhère aux pratiques de viticulture biologique, doit respecter les cartes qui lui sont distribuées à chaque saison de culture : "Notre décision est de mener les batailles lorsque nous les rencontrons, mais pas d'essayer de gagner la guerre".

De Villaine s'est fait l'écho de ce sentiment.

"Nous ne voulons pas effacer l'influence de la nature ou du terroir que nous avons", a-t-il déclaré. "Nous avons une petite production, nous n'avons pas le droit de modifier ce qui se passe. Quoi que l'on fasse, la nature gagne toujours.

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non