Fermer Menu
Actualités

Bordeaux 2022 en primeur : les appellations satellites de la rive droite

Je conclus mon examen de la rive droite dans ce millésime passionnant et complexe par une sélection de vins des appellations "satellites" de Saint-Émilion (Lussac, Montagne et Saint-Georges), Cadillac et Castillon Côtes de Bordeaux, Côtes de Bourg, Fronsac et Lalande de Pomerol.

Vignobles typiques près de Saint-Estèphe, Bordeaux, Aquitaine, France

J'ai également dégusté une poignée de Bordeaux ou de Bordeaux supérieurs de la rive droite.

Quant à leurs homologues de la rive gauche, j'ai trouvé nombre de ces vins extrêmement impressionnants et même ceux que j'ai notés en dessous de 89-91 sont susceptibles de représenter un rapport qualité-prix exceptionnel.

Dans des millésimes comme celui-ci, les vignobles comparatifs de haute altitude avec des quantités importantes de calcaire comme Castillon Côtes de Bordeaux, Fronsac et Lussac produisent souvent des vins incroyables qu'il ne faut pas négliger. C'est surtout le cas en 2022, comme en témoigne la liste de mes coups de cœur et de mes coups de cœur ci-dessous.

Les vins sont classés par ordre alphabétique d'appellation.

Faits marquants :

  • Les Perrières (94-96+)
  • Grand Village (93-95)
  • Montlandrie (93-95)
  • Le Plus de la Fleur de Boüard (93-95)
  • Roc de Cambes (93-95)
  • L'Infini de Château de Francs (92-94+)

Choix de valeur* :

  • Les Cruzelles (92-94)
  • La Dauphine (92-94)
  • De Francs 'Les Cerisiers' (92-94)
  • De la Huste (92-94)
  • Le Rey Argileuses (92-94)
  • d'Aiguilhe (91-93)
  • Barbe Blanche (91-93)
  • Chanoine Chaigneau (91-93)
  • Canon Chaigneau Lilac Tiger (91-93)

[* - en plus de tous ceux qui figurent dans la liste des faits marquants].

Bordeaux & Vin de France

  • Domaine de Cambes 2022 (Bordeaux ; de François Mitjavile et dégusté avec lui à Tertre Rôteboeuf). Plus vertical et plus élevé aromatiquement que L'Aurage, ce vin est en fait très différent et moins floral. Il est extrêmement brillant et plus croquant dans son profil fruité. Encore une fois, il est salin. La floralité de l'Aurage est remplacée ici par de subtiles composantes d'herbes sauvages - marjolaine et origan en tête. Encore une fois, cela semble très naturel. Il y a un élément boisé fumé intéressant (comme un barbecue en chêne). Frais et svelte. Graphite, un soupçon de cèdre. Ce vin présente un milieu de bouche ondulant et ondulé, avec une texture gracieuse de bassin d'eau douce ; il est d'une limpidité impressionnante. Fruits de la forêt, prunelles. Mamelons. 92-94.

 

  • Le Grand Verdus Grande Réserve 2022 (Bordeaux Supérieur ; 65% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; 15% Cabernet Sauvignon ; rendement final de 25 hl/ha ; 14% d'alcool). Nez fumé avec un fruit de framboise dodu et brillant - très croquant et al dente, cueilli à maturité optimale et certainement pas plus. Une douce épice et une agréable minéralité de pierre concassée. Le fruit est frais et les tanins sont granuleux et friables. Mérite quelques années en cave. 89-91.

 

  • Grand Village rouge 2022 (Bordeaux Supérieur ; 80 % merlot ; 20 % bouchet ; 30 % de fûts neufs, le reste en barriques Y1 et Y2 ; dégusté avec Omri Ram à Lafleur). On ne peut jamais se préparer à la qualité de ce vin, d'autant plus qu'il s'améliore à chaque millésime. On se prépare toujours, inévitablement, mentalement pour Lafleur lui-même à la fin de la dégustation. Mais le danger est d'avoir épuisé tous les superlatifs avant d'y arriver ! Et cela commence ici. Un bord d'un rose punk étonnamment radieux. De belles herbes sauvages et des fleurs de bruyère vous accueillent immédiatement, avec un peu de sous-bois. Si intense, si engageant et si fabuleux. Gracieux et avec une sensation d'apesanteur qui défie la gravité. Une belle salinité et une minéralité de pierre concassée. Fruits noirs intenses - myrtilles sauvages et mûres - un peu de cerise noire aussi. La bouche est dense et très compacte, avec un cadre très serré et beaucoup de détails. Intensément étagé, avec un incroyable sens de la gravité renforcé par la forme relativement élancée et les tanins polis. Sauvage et vivace, énergique et brillamment chargé de framboises, il transmet sapidité et fraîcheur au cœur du milieu de bouche dense. Les tanins les plus fins tapissent la langue et le palais en fin de bouche. Merveilleux, si délicat et si fin. 93-95.

 

  • Gravière de Grand Verdus 2022 (Vin de France ; 100% Syrah ; rendement final de 35 hl/ha ; 13,5% d'alcool). Quelque peu iconoclaste, mais plutôt amusant. Le nez est vif, relevé, assez salin, fumé, animal, avec des baies rouges mûres et plus foncées et des fruits à noyaux. On se croirait presque à Cornas - et c'est de là que provient la syrah de sélection massale de cette parcelle unique (1,1 hectare). Beaucoup de minéralité pierreuse et saline et une grande bouche charnue de baies fraîches, avec un peu de noix de muscade et d'origan. 89-91.

 

  • Mondot de Grand Verdus 2022 (Bordeaux ; 100 % cabernet franc ; rendement final de 35 hl/ha ; 14 % d'alcool). Un échantillon imparfait. Il faudra que je le goûte à nouveau, mais il est toujours excellent. NR.

 

  • Les Perrières 2022 (Bordeaux Supérieur ; 50% Merlot ; 50% Bouchet ; dégusté à Lafleur avec Omri Ram). Un vin brillant, aérien et explosif sur le plan aromatique, bien que plus doux qu'il n'y paraît. Framboise et loganberry - plus fruité que jamais, mais avec un peu de cerise rouge et noire, un peu de groseille également. Si fluide, si sapide et si incroyablement énergique, vivant, dense et compact. J'adore la remontée verticale de fruits frais depuis les profondeurs du milieu de bouche qui perturbe brillamment la densité de la stratification de cerises noires. Une fois de plus, et un peu comme dans le cas de Grand Village, ce vin défie les lois de la gravité et semble en apesanteur. Mais il est plus ciselé et plus architectural. Les tanins soyeux et poudreux pixellisent délicatement chaque couche. C'est du Lafleur sur calcaire, avec du Bouchet de Lafleur en sélection massale de vieilles vignes replanté en 2016. Merveilleux. Aussi long que le Lafleur, mais structurellement très différent, avec une colonne vertébrale plus prononcée. Un vin électrique, chargé d'une salinité juteuse, d'une fraîcheur intégrale. 94-96+.

 

  • De Reignac 2022 (Bordeaux Supérieur). Cramoisi foncé avec des reflets violets. Un vin herbacé, floral, expressif et plutôt joli, bien que légèrement sauvage (dans le bon sens du terme). Ce vin a de la profondeur, de la concentration et de jolis tannins accrocheurs. Assez sérieux et légèrement austère. Fruits noirs, framboise également. Frais. Bien construit. 89-91.

 

Cadillac Côtes de Bordeaux

  • De Marsan 2022 (Cadillac Côtes de Bordeaux). Opaque. Noir de jais. Myrtilles pures. Agréable mais quelque peu unidimensionnel. Le corps est impressionnant et les tanins sont sveltes bien qu'un peu secs en fin de bouche. L'acidité ne cesse de croître en fin de bouche.

 

  • Réaut 2022 (Cadillac Côtes de Bordeaux). Framboise et mûre. Frais, avec un sens agréable de l'élévation et de bons tannins accrocheurs apportant un intérêt structurel et une belle pincée (on sent le calcaire ici même si c'est principalement un terroir de gravier). Il a besoin de temps, mais il est agréablement sapide en fin de bouche, même s'il est un peu sec.

 

Castillon Côtes de Bordeaux

  • D'Aiguilhe 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; 90% merlot ; 10% cabernet franc ; rendement final de 35 hl/ha ; 14,3% d'alcool ; dégusté avec Stephan von Neipperg à Canon-La-Gaffelière). Riche et sombre avec des fruits de la forêt hyper-concentrés, ce vin est sapide et pur avec une fabuleuse fraîcheur. Beaucoup de vin pour le prix. Une belle publicité pour l'appellation également. Ce vin est d'une grande finesse et d'une grande élégance, d'une belle sapidité et d'une belle touche saline en fin de bouche. 91-93.

 

  • D'Arce 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; 90% Merlot ; 10% Cabernet Franc ; pH 3,30 ; dégusté à Barde Haut). Fumé. Floral. Beaucoup de personnalité du terroir calcaire et une belle expression pure et croquante de petits fruits noirs juteux - cassis, mûre et mûre, très sombres et concentrés - avec une belle note épicée - muscade, cannelle. Il y a aussi une petite note de pâtisserie - presque des tourbillons de cannelle hollandais. Limpide et cristallin, avec une bouche gracieuse et fluide et un milieu de bouche lumineux. Séduisant. 89-91.

 

  • L'Aurage 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; dégusté avec François Mitjavile au Tertre Rôteboeuf). Fruits noirs, brillants et surtout pruneaux ; une touche de damson peut-être. Racine de réglisse salée. Svelte et super doux. Pétales séchés et pot pourri. Cannelle et muscade. Myrtilles écrasées. Assez épicé, comme toujours. Vibrant. Long, avec des tanins à la fois mâchus et ultra-doux, et un joli panache juste avant la finale lente et légèrement effilée. 91-93.

 

  • Clos Lunelles 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; 80% Merlot ; 10% Cabernet Sauvignon ; 10% Cabernet Franc ; rendement final de 35 hl/ha ; pH 3,57 ; 14,6% d'alcool ; dégusté à Pavie). Crémeux. Pur. Stimulé. Personnalité très terroir calcaire. Prune fraîche et fruit sapide intense, écrasé et concentré, cerise noire également. Fidèle à lui-même. Un peu d'épices apporte une complexité supplémentaire. Un peu de sucrosité. La trame pas trop large apporte un impact supplémentaire ; ciselé par les tannins et d'une grande sapidité. 92-94.

 

  • Joanin Becot 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; 80% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; rendement final de 39 hl/ha ; pH 3,60 ; 15% d'alcool ; dégusté à Beau-Séjour-Bécot). Ce vin a un beau caractère fruité honnête et pur. Très vertical à partir du terroir du plateau calcaire. Beaucoup de relief. Safran, mimosa, ronce et mûre - dodu et croquant. Presque une minéralité de calcaire rocheux - on se croirait dans une grotte de calcaire. Naturellement doux, de façon impressionnante. Juteux et sapide, ces jolis tannins calcaires friables. Très salin, comme tous les vins calcaires en 2022. J'adore ce vin, mais je trouve que la sucrosité est un peu déconcertante et que l'on a une légère sensation d'alcool en fin de bouche. 91-93+.

 

  • Clos Puy Arnaud 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; 70% Merlot ; 25% Cabernet Franc ; 5% Cabernet Sauvignon ; pH 3.35 ; 14% alcool). Cultivé en biodynamie depuis 17 ans. Bel équilibre et harmonie. Fruits sombres, sauvages avec des éléments herbacés et de bruyère, cerises noires et prunelles ; beaucoup de graphite aussi ; sauge sauvage et marjolaine. Le nez frais et parfumé ne vous prépare pas à la douceur naturelle du palais qui éclaircit l'ombre du fruit - ici plus de notes de mûre et de framboise très mûre. Les tanins calcaires sont agréables et accrocheurs, avec un grain très fin. Il y a beaucoup d'énergie communiquée par les tannins. Très pur, structuré et d'une longueur impressionnante. 92-94.

 

  • Montlandrie 2022 (Castillon Còtes de Bordeaux ; 75% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; 5% Cabernet Sauvignon ; rendement final de 37 hl/ha ; 14,5% d'alcool ; élevage en fûts de chêne dont 50% neufs ; dégusté avec Noémie Durantou à Eglise-Clinet). Très calcaire. Aérien, aérien, brillant et frais. Fruits rouges dodus - mûre, ronce, un peu de myrtille - avec un peu de thym. La structure est très compacte et joliment ciselée par les tannins de calcaire - plus serrés que d'habitude et j'aime beaucoup cela. Il y a une grande sapidité et une grande intensité de fruit. J'aime aussi la touche de feuille de cassis qui apparaît à l'aération. L'air en bouche semble également libérer la note de cèdre, le vin remplissant vraiment la bouche dans cette deuxième phase. Le Montlandrie en 2022 est fabuleux. Il y a une fontaine de cassis provenant du cabernet sauvignon et du cabernet franc injectée dans l'architecture ciselée construite par le merlot. Très intéressant. Très bon. Le meilleur à ce jour, je pense. 93-95.

 

  • Le Rey Argileuses 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; 80% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; un rendement final de 38 hl/ha ; ph 3.50 ; 15% d'alcool ; dégusté à Bellefont Belcier et déjà en bouteille). Toujours aussi passionnant. Hyper ciselé. Vibrant, racé, brillant, croquant, frais, éclatant. Très expressif de son terroir - c'est d'ailleurs l'idée ! Intense, vif et énergique. Cèdre et noix. Des tannins de Castillon à croquer ! Finale sur la menthe verte. 92-94.

 

  • Le Rey Rocheuses 2022 (Castillon Côtes de Bordeaux ; 80% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; un rendement final de 27 hl/ha ; ph 3,60 ; 15,5% alcool ; dégusté à Bellefont Belcier). Ronce écrasée. Un peu plus sérieux, voire austère, il faudra attendre un peu. Pas encore en bouteille car il aura besoin d'un peu plus d'élévage. Large à l'attaque et somptueux dans son fruité frais. Il est ensuite brillamment ciselé par des tanins granuleux mais polis qui le ramènent à une colonne vertébrale linéaire et bien formée. Intense, sapide et doté d'une grande personnalité. Une petite touche de graphite en finale. Excellent. 92-94+.

 

Côtes de Bourg

  • Roc de Cambes 2022 (Côtes de Bourg ; 80% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; 15% d'alcool ; dégusté au Tertre Rôteboeuf avec l'inimitable François Mitjavile). Gracieux. Fruits très noirs - prunes, damons et prunelles, mûres écrasées. Très mûr mais pas trop. Très frais. Fumée de chêne. Dodu, pulpeux et plein en bouche avec un milieu de bouche merveilleusement frais. Excellent. Jolis tannins à grains fins. Encore des notes florales, des pétales de rose, du patchouli et du lilas, de la lavande aussi. Un Roc de Cambes excellent et très harmonieux. 93-95.

 

Fronsac

  • De Carles 2022 (Fronsac). Pur, précis, mais pas aussi naturellement sucré que certains. De beaux tanins calcaires façonnent et cisèlent le milieu de bouche. Long et juteux - extrêmement - et très précis et concentré sur la longue finale en forme de rapière. Un vin que j'ai déjà aimé et que j'aime beaucoup dans ce millésime. 90-92+.

 

  • La Dauphine 2022 (Fronsac ; 80% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; un rendement final de 30 hl/ha ; pH 3,5 ; 14,5% d'alcool). Graphite, crayon à papier et beaucoup de poivre noir et vert fraîchement concassé ; une touche de poivre vert du Sichuan et de baies de Timut ; un peu de noix de muscade, de clou de girofle ... et le fruit, le glorieux fruit des baies - loganberry, myrtille et cassis. Ce vin présente une concentration impressionnante de fruits brillants et croquants, joliment soulignée par des tanins calcaires à grain fin. Très fluide et limpide. J'aime la personnalité calcaire des tannins qui s'agrippent. Un des meilleurs vins d'une appellation en pleine ascension qui s'accommode si bien de ces conditions climatiques. 92-94.

 

  • De la Huste 2022 (Fronsac). C'est la première fois que je le goûte. Il est magnifique. Très beau. Intense, très calcaire dans sa verticalité et dans la forme et surtout la sensation de ses tanins. Ondulant avec une fraîcheur juteuse et sapide. Fruits noirs et fruits à noyau. Pur, précis, concentré et une brillante publicité pour l'appellation. On pourrait le confondre avec un St Emilion de plateau supérieur. Cela pourrait causer beaucoup de dégâts potentiels lors de futures dégustations à l'aveugle (note à moi-même...) ! 92-94.

 

  • De Fontenil 2022 (Fronsac). Brillant, vertical, assez doux mais très naturel. Mûre et ronce, un peu de prune avec des éléments d'herbes sauvages aussi. Huile de noix. Plein, dodu, sombre et riche avec des tanins doux et délicats qui gagnent en granularité pour révéler et préciser la structure de ce vin bien charpenté. Frais et mentholé sur la finale qui s'effile lentement. Moins boisé qu'il ne l'est parfois. 91-93.

 

  • De Francs 'Les Cerisiers' 2022 (Fronsac). Ce vin présente une belle signature lumineuse de framboise écrasée et de fruits des bois. Très pur et concentré, il se présente de manière très verticale avec beaucoup de relief grâce au terroir de calcaire. De belles notes de cerise en bouche également. Superbe. Pas complexe mais très beau et très détaillé. Vif, énergique et le chêne se déploie très subtilement. Un autre excellent Fronsac dans ce millésime. 92-94.

 

  • Haut-Carles 2022 (Fronsac). Plus doux, plus riche et plus concentré que de Carles. Mais avec la même pureté et la même concentration. Cerises noires et rouges, mûres pures écrasées, un petit soupçon de damson également. Long et s'effilant progressivement. Ces deux vins sont excellents. Celui-ci est juste un peu plus riche. 91-93.

 

  • L'Infini de Château de Francs (Fronsac 2022). Un peu coup de coeur. Quel beau nez ! Beaucoup de verticalité, des fruits noirs écrasés très purs, des damsons et des prunelles. Le chêne est très subtilement déployé - avec juste un soupçon de brioche. Floral également. Gracieux et élégant à l'attaque, avec beaucoup de détails et même une pixellisation des tanins ultra-raffinés. Long et radieux. Exubérant et si frais. Sapide. Si vous n'avez pas encore compris, j'aime vraiment ce vin ! 92-94+.

 

  • Plain-Point 2022 (Fronsac). Très fumé, un peu musqué, fruit briary foncé, assez terreux aussi. Un peu sauvage dans le meilleur sens du terme. Pur, net à l'entrée et une belle ouverture qui est assez ample. Mais lorsque les tanins apparaissent, ils sont un peu brutaux et la finale est un peu sèche.

 

  • Les Trois Croix 2022 (Fronsac). Il y a une belle pureté ici - calcaire turbocompressé pur fruit de ronce écrasé. Cerises noires également. Svelte à l'entrée, avec un élan impressionnant en bouche et un noyau serré et bien défini ; les tanins sont très expressifs de leur identité de terroir calcaire et assez substantiels. Réglisse et menthol sur la finale fraîche et juteuse. 91-93.

 

Graves de Vayres

  • Goudichaud Heritage 2022 (Graves de Vayres ; 50% Cabernet Sauvignon ; 50% Merlot ; 13,5% alcool). Un peu maladroit et aussi assez fermé. Fruit pulpeux, acidité assez prononcée et tannins un peu secs. Poussé un peu loin peut-être, mais d'une pureté et d'une linéarité impressionnantes. Presque un peu vert - l'un des rares.

 

  • Du Petit Puch 2022 (Graves de Vayres). Pur. Fruits très noirs. Joli fruit croquant et dodu. Monotone, je pense, mais charmant et facile à boire.

 

Lalande de Pomerol

  • De Bel-Air 2022 (Lalande de Pomerol ; 70% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; 10% Cabernet Sauvignon ; dégusté chez J. P. Moueix à Libourne). Bien fait mais un peu difficile à boire après le premier petit vol de St Emilions, on remarque la minéralité un peu ferreuse et les tannins plutôt vivifiants. Mais très svelte à l'attaque et néanmoins très bien fait. Bonne profondeur, une certaine stratification et une finale généreuse et sapide.

 

  • Canon Chaigneau Cuve 8a 2022 (Lalande de Pomerol ; 14% d'alcool). Magnifique, extrêmement expressif, pur fruit noir - mûre de Logan surtout, peut-être un peu de mûre aussi. La bouche est pure et très nette. Naturellement doux et magnifiquement "al delte". Brillant et immédiatement mobile en bouche, avec beaucoup d'élan vers l'avant et cette douceur naturelle caractéristique des fruits parfaitement mûrs du millésime. Bonne prise tannique. Ce vin est raffiné, frais et même un peu austère sur la finale fraîche et persistante. Très beau. 90-92.

 

  • Canon Chaigneau 2022 (Lalande de Pomerol ; 14% d'alcool). Un peu plus sérieux. Plus complexe aussi, avec des notes florales et une minéralité plus évidente qui accompagnent les mêmes fruits noirs épicés que ceux de la cuvée 8a non boisée. Le fruit est en fait un peu plus foncé - les ronces rejoignent les mûres et il y a moins de mûres de Logan. Ce vin est plus ample et très souple en bouche, avec des tanins très raffinés et gracieux. Joliment équilibré et, une fois de plus, il se termine sur une note fraîche. 91-93.

 

  • Canon Chaigneau Lilac Tiger 2022 (Lalande de Pomerol ; 100 % cabernet franc ; environ 5 000 bouteilles provenant de vignes moins exposées au soleil ; 14 % d'alcool). Le tout premier millésime de cette découverte fortuite - il est élaboré à partir de cabernet franc très expressif dans un millésime fabuleux pour le cépage qui aurait été perdu dans le grand vin. C'est un grand vin, un vrai grand vin, un vrai grand vin ! Il chante le cabernet franc dans toute sa pureté et sa tension sublime - il est floral, sauvage et herbacé, ces jolis fruits croquants aux nuances pourpres et bleues éclatent en bouche et apportent une fraîcheur glorieuse, subtile et sapide. Tapenade de kalamata sur la langue. Les tanins gracieusement doux renforcent la personnalité fraîche des myrtilles pures et cristallines teintées de violette. Vraiment bon - meilleur que vous ne l'imaginez. Je n'ai jamais goûté un cabernet franc monocépage de Pomerol ou de Lalande ; ce vin me donne envie d'en goûter d'autres. 91-93.

 

  • La Chenade 2022 (Lalande de Pomerol ; 80% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; 14,4% ; élevage en fûts de chêne dont 30% neufs ; dégusté à l'Eglise Clinet avec Noémie Durantou). Archétype et belle forme en bouche, dense et compact, assez gracieux. Ce vin est étagé et plein, riche et dodu dans son fruité frais et sapide. Le cabernet feuillu lui confère de la gravité. Prunes fraîches et baies croquantes. Très succulent et juteux. Finale fine et linéaire. Très longue, elle laisse une trace de graphite et de cèdre dans le verre vide. 90-92+.

 

  • La Croix Bellevue 2022 (Lalande de Pomerol ; 50 % merlot ; 24 % cabernet franc ; 25 % cabernet sauvignon ; 13,5 % d'alcool). De Benoit Trocard. L'un des vins de la rive droite avec la plus grande proportion de cabernet sauvignon. Framboise écrasée, brillante et pure, assez épicée aussi, avec un mélange de notes aromatiques d'épices asiatiques, de macis, de noix de muscade et de cannelle. Brillant, frais et fruité, avec des tanins bien accrocheurs, pas trop d'extraction et une finale fraîche et mentholée. Un bon résultat dans ce millésime. 89-91.

 

  • La Croix des Moines 2022 (Lalande de Pomerol ; 80% merlot ; 10% cabernet franc ; 10% cabernet sauvignon ; 13,5% d'alcool ; Benoit Trocard). Plutôt du style Clos Dubreuil - beaucoup de chêne, mais bien intégré ; de la classe, avec des pétales écrasés et du pot pourri à côté de la prune pulpeuse et des baies - notamment de la framboise. Un petit soupçon d'encens également. Ce vin est un peu plus costaud en bouche, avec une minéralité de fer qui transparaît. Gros, mais pas si dense que ça. Les tanins sont accrocheurs, friables et mâchus. Un bon rapport qualité-prix avec beaucoup de caractère. 89-91.

 

  • Les Cruzelles 2022 (Lalande de Pomerol ; 80 % merlot ; 20 % cabernet franc ; rendement final de 28 hl/ha en raison de la taille des baies ; 14,6 % d'alcool ; vieillissement en fûts de chêne, dont 50 % sont neufs ; dégusté à l'église Clinet avec Noémie Durantou). Encore une fois, une belle touche de feuillage du cabernet franc, plus profonde, plus sérieuse, un léger soupçon d'austérité comme le 2020 - mais encore meilleur. Un profil fruité beaucoup plus sombre que celui de La Chenade. Des cerises, des damons et des ronces se joignent à la fête aux côtés de la framboise et de la mûre de Logan de La Chenade. Compact et cueilli al dente en termes de maturité du fruit, il est très frais et sapide. La finale est également mâchue, comme il se doit avec beaucoup de peau de raisin et de cerise. Un cran au-dessus de La Chenade et, surtout, plus complexe. Encore une fois, les notes de graphite commencent à apparaître sur la finale et dans le verre vide. 92-94.

 

  • Enclos de Viaud 2022 (Lalande de Pomerol ; 80% Merlot ; 20% Cabernet Franc ; rendement final de 38 hl/ha ; 2,36 ha sur argile et gravier fin ; pH 3,63 ; 13,5% d'alcool ; dégusté à Bellefont Belcier). Très " Lalande de Pomerol " avec cette minéralité ferrugineuse, mais aussi de la pierre concassée. Brillant, croquant et croquant. Bonne densité et intensité. Très salin à nouveau. Tannins fins. Fidèle à la personnalité de l'appellation.

 

  • La Fleur de Boüard 2022 (Lalande de Pomerol). Épicé et aromatique, avec des arômes de grains de café expresso très foncés, de fruits à baie tout aussi foncés, de marjolaine et même de sauge. Ce vin présente une structure bien définie et joliment profilée, bien éclairée par des tanins granuleux et agrippants. Long et lentement effilé, pur, précis et très ciselé. 91-93.

 

  • Les Hauts-Conseillants 2022 (Lalande de Pomerol ; 95% Merlot ; 5% Cabernet Franc ; 6,5 ha sur le plateau de Neac ; 3,5 par le village de Lalande de Pomerol sur des graviers et du sable). Fruits noirs luxuriants. Très frais et sapide ; pur et précis. Belle intensité malgré la texture ouverte et la limpidité du milieu de bouche. Très beau vin. Accessible mais sophistiqué. 90-92.

 

  • La Gravière 2022 (Lalande de Pomerol). Fruits abondants, pulpeux et pruneaux, avec un peu de compote de baies rouges également. La structure n'est pas massive, mais elle est meilleure pour cela. Mais il est un peu rustique avec cette minéralité ferreuse proéminente. Tannins nerveux et mâchus. Longueur décente et bonne fraîcheur.

 

  • Pavillon de Beauregard 2022 (Lalande de Pomerol ; 70% Merlot ; 30% Cabernet Franc ; un rendement final de seulement 21 hl/ha ; vieillissement pendant 12 mois dans une combinaison de fûts de chêne, 25% neufs, et de jarres en terre cuite ; certifié biologique). Prune, prune cuite, ronce et mûre. Ce vin a quelque chose de la signature de la vinification de Beauregard. Il est très gourmand et savoureux. Dense et étagé. Beaucoup de fraîcheur. Ce vin a été récolté tôt et cela se voit. Croquant. 91-93+.

 

  • Le Plus de la Fleur de Boüard 2022 (Lalande de Pomerol). Impressionnant. Grand, audacieux, profond, fruité foncé et richement épicé, avec une utilisation subtile et très prudente du chêne. Framboise écrasée et mûre. Très pur. Le Plus a une colonne vertébrale très bien définie, serrée et compacte, et de fabuleuses ondulations de fraîcheur sur les bords et sur la finale persistante. 93-95.

 

  • Tournefeuille La Cure 2022 (Lalande de Pomerol ; 70% Merlot ; 30% Cabernet Franc ; 14,5% d'alcool). Joli fruit noir dodu et croquant - ronces et mûres, un peu de myrtille aussi. Pur, succulent et juteux à partir du milieu de la bouche, avec une belle sapidité soutenue en finale. Très bon. Très frais. Agréable et rafraîchissant. 90-92.

 

Lussac Saint-Émilion

  • Barbe Blanche 2022 (Lussac Saint-Émilion ; 80 % merlot ; 20 % cabernet franc ; issu d'un vignoble de 28,3 hectares sur le plateau argilo-calcaire ; rendement final de 40 hl/ha ; 14,5 % d'alcool ; dégusté à Couhins-Lurton avec Jacques Lurton). J'aime beaucoup ce vin. Salin. Sapide. Frais. Serré et crayeux. Energique. Vif. Beaucoup de verticalité crayeuse et un milieu de bouche tendre et mâchu. Myrtilles fraîchement écrasées, mûres, beaucoup de fruits briary tachés de doigts. Frais et bien formé. La bouche est également marquée par les mûres de Logan. Vraiment excellent et très expressif de son terroir. 91-93.

 

  • Courlat Cuvée Jean-Baptiste 2022 (Lussac Saint-Émilion ; 100 % merlot). Frais, brillant, naturellement doux mais si vertical et frais, avec une belle intensité dans ce millésime. Meilleur que le 2020 que j'ai beaucoup aimé aussi. Baies écrasées - ronce et mûre. Ce vin a une texture agréable, presque friable, due aux tanins à grains fins. Énergique. Très pur. C'est un bon vin. 90-92+.

 

Montagne Saint-Émilion

  • Clos de Boüard 2022 (Montagne Saint-Émilion). Assez boisé mais floral à la fois - petits fruits noirs frais, un peu de vanille, de graphite et de brioche grillée. Frais, frais, avec un noyau dense joliment défini. Sapide et racé. Belle fraîcheur et très rafraîchissant. 90-92.

 

St Georges Saint-Émilion

  • Tour du Pas Saint-Georges 2022 (St Georges Saint-Émilion). Brillant. Enlevé. Pur. Précis. Concentré. Une veine de petits fruits noirs cristallins. Très pur et presque semblable à un laser en bouche. Beaucoup de menthol en finale, révélé par le mordant des tanins fins et granuleux. Très bien fait. 90-92.

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non