Fermer Menu
Nouvelles

Pourquoi ce vin est le rosé préféré des Champenois

Lorsque Pernod Ricard décide d'intégrer un rosé de Provence à sa gamme de champagnes, aux côtés de ses deux marques emblématiques de pétillant, on sait qu'il a quelque chose de spécial. Sarah Neish s'entretient avec la marque en question.

Il y a trois ans, Pernod Ricard a discrètement acheté une part majoritaire de la marque familiale de rosé des Côtes-de-Provence, Château Sainte Marguerite, qui était jusqu'alors restée un secret local assez bien gardé. Alexandre Ricard cherchait à développer la branche vin de Pernod Ricard et, comme la moitié de la Provence, il était depuis longtemps un admirateur des vins rosés de Sainte Marguerite. Cette année, Sainte Marguerite en sera à sa 49e récolte.

Après avoir acquis des parts dans le producteur provençal en 2021, Pernod Ricard a décidé de laisser la famille Fayard au cœur du processus de vinification et de production de Sainte Marguerite. Le géant des boissons a toutefois estimé qu'il pouvait apporter une réelle valeur ajoutée en commercialisant la marque auprès d'un public mondial et en l'aidant à atteindre de nouveaux marchés qui aimeraient ses vins autant que ceux qui vivent dans le sud de la France.

C'est là que les choses deviennent intéressantes.

Plutôt que d'intégrer Sainte Marguerite au reste du portefeuille de vins tranquilles de Pernod Ricard, qui comprend des marques telles que Brancott Estate, Campo Viejo, Church Road, Jacob's Creek et Stoneleigh, Alexandre a insisté pour que Sainte Marguerite soit intégrée au portefeuille de champagne du groupe.

Il ne fait aucun doute que cette décision aurait fait lever un sourcil aux deux marques de champagne héroïques du groupe, Perrier-Jouët et Mumm. Mais il y avait une certaine méthode derrière cette folie.

Pernod Ricard a rapidement identifié que Sainte Marguerite partageait "la même qualité et la même excellence" que ses marques de Champagne.

"Le travail méticuleux dans les vignes qui a lieu tout au long de l'année à Sainte Marguerite est très proche de l'expérience de la fabrication du champagne", explique Raphaela Allouche, responsable de la communication externe pour Sainte Marguerite, Perrier-Jouët et Mumm, lors d'un entretien exclusif avec db .

Et bien sûr, les marques de champagne et le producteur de rosé sont tous deux des maîtres-mélangeurs.

Sainte Marguerite fermente chacun de ses cépages séparément avant de les assembler soigneusement pour obtenir le résultat idéal. Pour le dernier millésime de son vin haut de gamme "Marguerite" (prix de vente conseillé : 55 £), cela signifie une répartition d'environ 60/20 entre le grenache et le cinsault, plus 20 % de vermentino. Seulement 15 000 bouteilles de ce vin sont produites chaque année, dont 500 à 1 000 sont exportées au Royaume-Uni.

"Nous essayons beaucoup d'échantillons de différentes parcelles séparément pour vraiment avoir une idée de l'année", explique Olivier Fayard, vigneron et directeur général de Sainte Marguerite.

La signature de la marque, dit M. Fayard, est "un équilibre parfait entre le fruit et l'acidité", et "c'est vraiment une obsession pour notre famille". Dans le cas de son vin Marguerite, il n'y a aucun gramme de sucre résiduel.

Trois vins composent actuellement l'offre de Sainte Marguerite : Symphanie (prix de vente conseillé : 20 €), Fantastique (prix de vente conseillé : 35 €) et Marguerite (prix de vente conseillé : 55 €).

Instagram @saintmargueriteenprovence

Le domaine viticole de Provence est lui aussi 100 % biologique sur ses 540 hectares (certifié en 2012 par Ecocert, qui a donc adopté relativement tôt la viticulture biologique dans la région), et certifié végétalien, enregistré auprès de la Vegan Society. Cette approche durable s'inscrit dans le cadre de la gestion attentive de la terre par Perrier-Jouët et Mumm. Mumm a été l'une des premières maisons de Champagne à cesser d'utiliser des herbicides chimiques dans son vignoble au début de l'année 2020, tandis que Perrier-Jouët expérimente actuellement l'utilisation de la viticulture régénérative sur environ 10 hectares de ses propres vignes (41 % des vignobles de la maison). Les deux marques sont également titulaires de certifications durables plus larges.

"Si vous respectez le raisin dès le départ, si vous respectez les travailleurs et si vous respectez la terre, vous obtiendrez un grand vin", déclare M. Allouche.

En ce qui concerne la décision de rendre les vins végétaliens, c'était vraiment une question de "pourquoi pas ?", dit-elle, soulignant que lors d'un récent voyage aux États-Unis, les restaurants de New York étaient "plus intéressés par l'aspect végétalien des vins de Sainte Marguerite que par toute autre chose".

Des avantages distincts

Le fait que la marque de rosé soit si étroitement associée à deux maisons de champagne emblématiques présente des avantages indéniables, en particulier sur les marchés plus axés sur le luxe tels que l'Asie. Pernod Ricard fait la promotion de ses champagnes en Asie depuis un certain temps et a décelé une opportunité judicieuse pour Sainte Marguerite de se tailler une place pour ses vins rosés dans le commerce de détail coréen et japonais.

"L'Asie n'est pas encore très friande de rosé", explique M. Allouche. "Mais ils sont très attachés à la gastronomie. Nous allons là-bas et leur montrons que les vins rosés de Sainte Marguerite sont extrêmement polyvalents et peuvent se marier avec presque tout ce qui se trouve sur la table - ils se marient très bien avec le wasabi, le gingembre et la sauce soja. Ils se marient aussi bien avec le poisson qu'avec le poulet ou la viande rouge. Vous pouvez acheter une bouteille pour la table, quel que soit le menu.

Le Japon est déjà un marché extrêmement important pour la Belle Epoque de Perrier-Jouët, la marque ayant déjà déclaré à db:

"Ils ont vraiment apprécié Belle Époque au Japon en raison de son histoire et de son lien avec la nature grâce au motif de la fleur d'anémone, qui résonne vraiment avec les consommateurs japonais. Le style doux et délicat du vin convient également parfaitement à la cuisine et aux palais japonais.

Le fait que Perrier-Jouët et Mumm servent régulièrement ses rosés Sainte Marguerite en apéritif lors de leurs propres dégustations dans le monde entier en dit long sur le savoir-faire de Fayard.

Le mot "Marguerite" se traduit d'ailleurs approximativement par "daisy" en anglais. Il semblerait que les liens entre le monde de la Champagne et cette productrice de rosé de Provence pourraient être une marguerite qui s'avère étonnamment robuste.

 

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non