Fermer Menu
Nouvelles

L'Australie envoie 86 millions de dollars australiens de vin en Chine au cours du premier mois suivant l'abolition des droits de douane

Les producteurs ont expédié du vin pour une valeur de 86 millions de dollars australiens (44,7 millions de livres sterling) vers la Chine au cours du mois qui a suivi la levée des droits de douane élevés, selon le ministre du commerce du pays.

Le 29 mars 2024, la Chine a aboli les droits de douane astronomiques sur les exportations de vin en provenance d'Australie, qui ont presque mis à genoux l'industrie viticole australienne au cours des trois dernières années.

Selon Wine Australia, le nombre d'exportateurs vers la Chine est passé de 2 198 à seulement 117 au cours des 12 mois précédant décembre 2023, ce qui démontre clairement l'impact des droits de douane.

Toutefois, depuis la levée de ces droits de douane, les exportations de vin australien ont grimpé en flèche et le ministre du commerce, Don Farrell, s'est déclaré "très optimiste" quant à une "reprise complète en Chine".

"Tout porte à croire qu'il existe une demande refoulée pour le vin australien sur le marché chinois", a-t-il déclaré.

C'est peut-être vrai, mais pendant la période où le vin australien a été absent du marché chinois, la France a pris la première place, représentant une part de 47 % du vin importé par la Chine, suivie du Chili avec 17 %, puis de l'Italie et de l'Espagne.

L'Australie aura du pain sur la planche pour récupérer sa position dominante sur le marché.

Aborder la question de l'excédent

La reprise des exportations contribuera également à réduire l'excédent de vin dont dispose actuellement l'Australie (environ 2,8 milliards de bouteilles l'année dernière).

"Nous savons, d'après les résultats de notre enquête de l'année dernière, que le niveau des stocks reste supérieur à la moyenne des dix dernières années, avec environ deux ans de ventes de vin en stock", a déclaré Paul Turale, directeur général du marketing de Wine Australia, à db en mai.

Il estime que la suppression des tarifs, ainsi qu'un "millésime historiquement bas en 2023", contribueront à rééquilibrer l'offre et la demande.

M. Turale a souligné que les droits de douane n'étaient pas le seul facteur à l'origine de l'excédent.

"Tout cela ne peut pas être attribué à la réduction des exportations vers la Chine continentale", a-t-il déclaré. "Bien que cette réduction ait eu une influence, le secteur a été confronté à une tempête parfaite de défis opérationnels pendant quelques années, y compris un très grand millésime en 2021, la pandémie de Covid-19 et les changements associés dans les préférences des consommateurs, et une crise mondiale du transport maritime, pour n'en citer que quelques-uns".

James Lindner, copropriétaire du producteur de Barossa Langmeil Winery, a déclaré à l'entreprise de boissons que de nombreux producteurs australiens avaient réussi à réaffecter leurs vins hors de Chine dans l'ensemble de leurs réseaux de distribution.

Toutefois, "il s'agira désormais de trouver un équilibre pour que ceux qui nous ont soutenus lorsque nous avions besoin d'eux ne se sentent pas déçus par le retour de ce qui pourrait à nouveau être le plus grand marché d'exportation de l'Australie", a-t-il révélé.

Le gouvernement australien a annoncé cette semaine qu'il dépenserait 3,5 millions de dollars australiens pour soutenir l'industrie viticole dans ce nouveau chapitre, notamment en finançant des actions de marketing pour stimuler les ventes en Chine, au Japon et aux États-Unis.

 

 

 

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non