Fermer Menu
Nouvelles

Le PDG de Carlsberg : La Russie nous a volé nos affaires

Le PDG de Carlsberg a déclaré que le brasseur n'entamerait pas de négociations avec l'État russe au sujet de ses anciennes activités dans le pays. 

(Image : Jacob Aarup-Andersen, PDG, Carlsberg)

Les commentaires de Jacob Aarup-Andersen ont été faits lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes hier, à la suite de la mise à jour trimestrielle de l'entreprise, qui a mis l'accent sur la croissance dans un "environnement difficile".

Cette décision fait suite à la tentative de la société de se défaire de sa filiale Baltika après la guerre en Ukraine l'année dernière, alors qu'un exode d'autres sociétés occidentales a quitté la Russie.

L'entreprise avait trouvé un acquéreur en juin de cette année et avait annoncé officiellement ses projets, en précisant qu'il fallait envisager 150 flux de travail et 150 millions de couronnes danoises (17,3 millions de livres sterling) d'investissements dans l'équipement de la brasserie.

Le PDG du groupe, Cees 't Hart, a déclaré à l'époque que la vente avait été "un processus de longue haleine" après les critiques sur le temps qu'il avait fallu pour vendre sa branche russe, mais il a ajouté qu'il était "important pour nous de parvenir à la meilleure solution possible pour toutes les parties prenantes, y compris pour nos plus de 8 000 employés en Russie".

Le groupe devait ensuite obtenir l'approbation de la commission gouvernementale russe, mais l'État a ensuite pris le contrôle des actions de la brasserie locale appartenant à Carlsberg, ainsi que des activités du fabricant de produits alimentaires Danone, en juillet.

contenu sponsorisé de la db

La grande histoire

Quelles sont les réussites concrètes qui améliorent le processus de production des boissons ?

Pall Corporation a rassemblé une série d'exemples de réussite qui illustrent comment l'utilisation de ses solutions de filtration en profondeur peut fonctionner. db révèle tout.
En savoir plus...

Voir les solutions de Pall ici

Dans un communiqué publié à l'époque, Carlsberg a déclaré n'avoir reçu aucune "information officielle des autorités russes concernant le décret présidentiel ou les conséquences pour Baltika Breweries".

Le nouveau PDG, M. Aarup-Andersen, s'est maintenant exprimé sur la situation, déclarant lors de l'appel : "Il n'y a aucun moyen de contourner le fait qu'ils ont volé nos affaires en Russie, et nous n'allons pas les aider à donner à cela une apparence de légitimité.

Il a déclaré qu'il n'y avait eu qu'une interaction limitée avec la direction de Baltic et les autorités russes depuis juillet, ce qui a entraîné une perte de 9,9 milliards de couronnes danoises (1,61 milliard de livres sterling).

Il a poursuivi : "Nous n'allons pas nous engager dans une transaction avec le gouvernement russe qui, d'une manière ou d'une autre, justifierait qu'il prenne illégalement le contrôle de notre entreprise".

Le brasseur a mis fin aux accords de licence pour ses marques en Russie afin de vendre des produits Carlsberg par l'intermédiaire de l'entreprise Baltika, bien que M. Aarup-Andersen ait admis qu'il ne pouvait pas "garantir" que la brasserie russe produirait des produits Carlsberg. Il a toutefois précisé que "c'est ce que nous attendons".

Le ministère russe des finances a indiqué que l'agence immobilière fédérale Rosimushchestvo avait été désignée comme gestionnaire temporaire, tout en précisant dans un communiqué que cela "n'entraîne pas de changement dans la structure de l'actionnariat".

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non