Fermer Menu
Actualités

Un brasseur japonais condamné à une amende pour avoir vendu de la "bière d'imitation".

Les autorités japonaises ont infligé des amendes à I.N. International après avoir découvert que la brasserie étiquetait faussement ses produits comme de la bière afin de bénéficier d'un taux d'imposition réduit.

Un brasseur japonais condamné à une amende pour avoir vendu de la "bière d'imitation".

Selon la législation japonaise sur les alcools, les boissons ne doivent pas contenir de sucre ou d'édulcorant ajouté pour être légalement considérées comme de la bière. Les produits contenant du sucre ajouté sont plutôt classés comme "imitation de bière".

Selon le journal japonais The Asahi Shimbunoù cette histoire a été rapportée pour la première fois, I.N. International a commencé à ajouter du sucre à ses boissons alcoolisées en conserve en 2020, pendant la pandémie de Covid-19, afin de prolonger leur durée de conservation à la suite d'une augmentation de la demande.

Toutefois, le brasseur a continué à étiqueter les produits en tant que bières au cours des trois années suivantes.

Une enquête menée par le bureau régional des impôts d'Osaka a révélé qu'I.N. International avait vendu ses imitations de bière comme des bières, bénéficiant ainsi d'une réduction de 15 % de la taxe sur les alcools accordée aux petits brasseurs.

L'enquête a révélé qu'I.N. International avait bénéficié de plus de 4 millions de yens (22 000 livres sterling) d'allègements fiscaux pour la bière au cours de ces trois années.

Le brasseur, basé dans le quartier Kita de la ville japonaise de Kobe, est connu pour produire la bière Rokko. Selon The Asahi Shimbun , il devra probablement payer les 4 millions de yens, plus des amendes, pour avoir sous-déclaré ses impôts.

Manabu Nakajima, président de la brasserie japonaise, a refusé de détailler "les méthodes de brassage ou les questions fiscales" en réponse à une enquête de l'Asahi Shimbun.

"Nous sélectionnons strictement les ingrédients et les processus de production conformément à la loi", a-t-il déclaré. "Nous avons redoublé d'efforts pour éliminer toute divergence d'interprétation juridique, en suivant les conseils d'un comptable spécialisé dans les taxes sur les alcools.

Par ailleurs, le district de Shibuya, à Tokyo, a interdit la consommation d'alcool en public, engagé 300 agents de sécurité privés et demandé aux magasins locaux de cesser de vendre de l'alcool afin d'éloigner les fêtards d'Halloween. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non