Fermer Menu
Actualités

Telmont dévoile un champagne 100% Meunier

Le Champagne Telmont a dévoilé sa Cuvée Sous Adrien, un vin mousseux monocépage entièrement composé de Meunier, issu du millésime 2012.

Lors de sa récente visite à Londres, Bertrand Lhôpital, propriétaire et maître de chai de Telmont depuis quatre générations, a déclaré : "En 2012, j'ai décidé, pour connaître le terroir de cette seule parcelle, de vinifier quatre de nos parcelles séparément, en particulier Sous-Adrien, afin de comprendre ce qui se passerait si je faisais des vins d'un seul vignoble."

Le fruit de ce nouveau champagne provient d'un seul vignoble, une première pour la maison. Située à l'ouest de Damery, la parcelle Lieux-Dits Damery, avec ses sols argilo-calcaires, était auparavant utilisée pour la cuvée blanc de noirs de Telmont.

La saison 2012 a été marquée par un début difficile, avec des problèmes de gel et de grêle, mais une fin ensoleillée qui a permis aux raisins qui ont survécu de se développer pleinement avant les vendanges. Au moment des vendanges, la parcelle Lieux-Dits Damery était cultivée de manière conventionnelle, mais elle est désormais en agriculture biologique.

La vinification s'est déroulée en fûts de chêne et le vin a été mis en bouteille en 2013. Le vin a ensuite vieilli en bouteilles, bouchées au liège, pendant 9 ans avant d'être dégorgé en 2022. Le dosage est de 5 grammes par litre.

"C'est quelque chose de très singulier - le Meunier n'est pas censé bien vieillir", a expliqué M. Lhôpital, mais il est convaincu que le nouveau vin prouve le contraire.

En effet, il croit fermement qu'il faut se lancer dans la vinification avec la bonne attitude : "Quand on s'implique, le vin s'implique avec nous.

Au nez, on trouve des notes de pépins de framboise et d'herbe fraîchement coupée, tandis qu'en bouche, on trouve du miel et quelques épices, dont de la cannelle et de l'anis étoilé. Il est conseillé de l'associer à du jambon ibérique.

Ce nouveau champagne, distribué au Royaume-Uni par Rémy Cointreau UK, n'a été produit qu'à 900 exemplaires au total. Le Japon et les États-Unis en recevront également.

Interrogé sur la récolte de cette année, M. Lhôpital a déclaré : "2023 est vraiment impressionnant en termes de quantité : "2023 est vraiment impressionnante en termes de quantité, en raison des précipitations du mois d'août, le poids des raisins était incroyable, surtout pour le Pinot Noir et le Meunier. Nous n'avons eu qu'une légère gelée, qui n'a pas eu d'impact sur les bourgeons. L'été a été agréable - nous avons eu de l'eau aux bons endroits et aux bons moments. La floraison a été rapide et efficace.

Cette année, certaines des grappes les plus lourdes jamais enregistrées ont été signalées dans la région.

"En termes de qualité, poursuit-il, il est un peu tôt pour donner un pronostic ou une conclusion, il est trop tôt pour donner une attente sur le vin. La maturité aromatique et la maturité en sucre étaient là quand nous avons commencé les vendanges [le 5 septembre]. Je pense que le Meunier et le Pinot Noir seront très intéressants à partir de cette récolte, le Chardonnay est également une réussite. Après les vendanges, il faudra évaluer l'impact des pluies du mois d'août en termes de dilution.

S'adressant récemment à Giles Fallowfield ,directeur général et chef de caves de Lallier, Dominique Demarville a noté que son Meunier avait particulièrement souffert : "Il y a quelques dégâts dus au botrytis, principalement sur le Meunier et un peu sur le Pinot Noir, mais le Chardonnay, dont la plupart des raisins sont déjà cueillis [au 14 septembre], est très beau.

Une autre observation faite par Lhôpital lors de la récolte de cette année concerne la divergence entre la viticulture biologique et la viticulture conventionnelle : "Dans les vignobles biologiques, la fréquence des raisins pourris était plus faible que dans les vignobles conventionnels. Il y a deux raisons principales à cela : tout d'abord, c'est l'azote. Dans les vignobles biologiques, il y a des mauvaises herbes et d'autres plantes, ce qui signifie qu'il y a moins d'azote pour les vignes, et si vous avez trop d'azote, le risque de raisins pourris augmente. Deuxièmement, les mauvaises herbes rivalisent avec les vignes pour l'eau, de sorte que si les précipitations sont abondantes, l'excès d'eau n'atteint pas les baies par l'intermédiaire des vignes. Le processus de tri est donc beaucoup plus facile pour les raisins biologiques que pour les raisins non biologiques.

Au total, 86 % des vignobles de Telmont, qu'il s'agisse de vignobles appartenant au domaine ou de vignobles partenaires, sont certifiés biologiques ou en cours de conversion - la maison a pour objectif d'être 100 % biologique d'ici 2031. À titre de comparaison, seuls 4 % environ de l'appellation Champagne sont certifiés biologiques.

Lecture connexe :

La production biologique est-elle en passe de devenir une condition préalable à l'obtention d'un vin de qualité ?

Telmont achève les essais de la bouteille de champagne la plus légère du monde

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non