Fermer Menu
Nouvelles

Hors Bordeaux Notes de dégustation : France, Espagne, Autriche et Allemagne

Colin Hay, correspondant de db à Bordeaux, se penche sur les sorties de septembre de La Place en provenance d'Espagne, de France, d'Autriche et d'Allemagne. septembre à La Place, en provenance d'Espagne, de France, d'Autriche et d'Allemagne.

Communiqués en espagnol (rouge) 

Cette année, De La Riva Macharnuda, Dolio et Matallana ont été mis sur le marché espagnol, rejoignant ainsi les habitués de La Place, Yjar et Marqués de Riscal's Tapias.

Communiqués en espagnol (rouge) Vintage Région Nouveau ? Evaluation
Dolio 2019 Ribeira Sacra Oui 93
Matallana 2020 Ribera del Duero Oui 95
Yjar 2019 Rioja Non 96
Tapias de Marqués de Riscal 2020 Rioja Non 96
C.V.N.E. 'Real de Asúa' Carromaza 2020 Rioja Alta Non 96+
VivaltuS 2018 Ribera del Duero Non 96+
La Fleur VivaltuS 2018 Ribera del Duero Non 94

Dolio 2019 (Ribeira Sacra DO ; 66% Mencia ; 20% Brancellao ; 6% Sousón ; 4% Caiño ; 4% Garnacha Tintorera ; 14% d'alcool ; une production totale de 6655 bouteilles numérotées individuellement). Le premier millésime de ce vin produit à Aldega Algeira pour la place de Bordeaux avec l'aide de Telmo Rodríguez et Pablo Eguzkiza. Épicé, floral, frais - glaïeul et patchouli, pivoine - avec une agréable minéralité de pierre concassée accompagnant les cerises séchées, les figues et les noix, mais aussi les baies rouges vives et croquantes avec même un peu de groseille. Un peu de sauge sauvage également. Les tanins sont très présents et leur granularité est évidente au premier abord. Mais cela donne une bonne impression de structure, aidant à maintenir le profil compact et pourtant assez fluide du vin en bouche. Un peu réducteur au premier abord (mais moins lors d'une nouvelle dégustation deux mois plus tard, juste avant sa mise en vente) et avec une touche de sécheresse en fin de bouche. Intéressant, distinct et authentique, ce vin trouvera de nombreux admirateurs. 93.

Matallana 2020 (Ribera Del Duero ; assemblage à prédominance de Tinto Fino, Navarro, Valenciano, Albillo ; 14,5 % d'alcool ; certifié biologique). Ce vin pourrait facilement devenir un vin culte. Une nouvelle sortie sur la place - la première de Ribera Del Duero et probablement pas la dernière - de l'extrêmement talentueux Telmo Rodriguez (qui travaille ici avec Pablo Eguzkiza). Des tanins crayeux et agréables et un élément giboyeux, presque animal, très intéressant. Raisins secs. Figues, baies foncées et un petit soupçon de purée de framboises. Il faudra du temps pour que les tanins s'adoucissent, mais il a un potentiel de vieillissement impressionnant. 95.

Yjar 2019 (Rioja Alavesa ; assemblage de Tempranillo, Graciano, Garnacha, Granegro et Rojal ; 14 % d'alcool). Également de Telmo Rodriguez. Un peu ferme et fermé à ce stade naissant, mais ce qu'il montre, c'est son potentiel considérable. Au nez, un peu de cire de bougie, de prunes assorties et de prunes cuites. La bouche est pure, concentrée et précise, joliment étagée et d'une densité et d'une compacité impressionnantes. Je trouve ce vin plus puissant que celui de l'année dernière, mais il s'agit d'un vin de garde qui aura besoin de quelques années dans une cave fraîche pour donner le meilleur de lui-même. Beaucoup de potentiel. 96.

Tapias de Marqués de Riscal 2020 (DOC Rioja ; 100 % Tempranillo ; pH 3,38 ; 15 % d'alcool). Un vin fabuleux dans ce millésime de Marqués de Riscal et un autre qui m'a fait remarquer les feux d'artifice. Cordite. L'arôme de ce vin est explosif - presque au sens propre et certainement au sens figuré. Ardoise et allumette grillée. Fumée de barbecue. Chêne et un peu de gousse de vanille. Pétales de rose séchés. Réglisse et sel de mer. Brioche grillée. Il y a un piquant attrayant, légèrement sucré - cannelle, noix de muscade, clou de girofle et coriandre. Coquille de noix de coco également. En bouche, le Tapias est doux et moelleux, avec des tanins au grain très fin, une limpidité impressionnante et pourtant un grand potentiel de vieillissement (c'est un vrai vin de garde, mais qui est plus accessible jeune qu'on ne l'imaginerait). Impressionnant. Long et intense, sapide et frais malgré la densité et la concentration. Un vin qui exsude le caractère de la vieille vigne. 96.

C.V.N.E. 'Real de Asúa' Carromaza 2020 (Rioja ; 100 % Tempranillo ; pH 3,6 ; 14 % d'alcool ; issu de deux parcelles de 0,85 et 1,52 hectares dans le vignoble de Carromaza sur des pentes orientées au sud dans le village de Villalba dans la Rioja Alta à environ 550 mètres d'altitude). Un autre excellent vin espagnol récemment ajouté à la liste, qui en est à sa deuxième sortie en septembre. Le nez est explosivement expressif avec un crescendo riche, doux et sombre de baies fraîches au début, puis de plus en plus de poivre noir concassé, de réglisse, un soupçon de cèdre et juste un léger saupoudrage d'épices plus douces, l'utilisation du chêne étant très restreinte, ce qui permet à la minéralité légèrement ferreuse et de galets concassés de se révéler. Les tanins sont extrêmement doux et moelleux, la bouche opulente et soyeuse et ce vin présente un bel éclat et une grande fluidité en milieu de bouche. Très raffiné, très élégant et pourtant d'une densité et d'une compacité impressionnantes, il a un long avenir devant lui. Ce vin provient clairement d'un terroir de premier ordre qui a été parfaitement respecté par la très talentueuse María Larrea. Très précis et détaillé. 96+.

VivaltuS 2018 (Ribera del Duero ; 98% Tempranillo ; 2% Cabernet Sauvignon ; sélectionné dans une variété de parcelles toutes situées à des altitudes entre 900 et 1000 mètres sur des sols argileux, sablonneux et calcaires pauvres ; élevé en chêne français, dont 15% de chêne neuf, et en terre cuite ; pH 3,67 ; 14% d'alcool). Troisième édition de ce vin avec Jean-Claude et Jeff Berrouet comme consultants. Un vin magnifique qui est tout à fait séduisant dans le verre, bien qu'il bénéficie massivement de quelques heures en carafe. L'aromatique est extrêmement fraîche et vibrante, avec un joli mélange de fleurs printanières et d'herbes sauvages, un peu de cèdre et de graphite qui se développent avec une légère aération dans le verre, et une fraîcheur de baies écrasées bien charnues. Ce vin est très direct et engageant, captivant par son élégance, son honnêteté et son authenticité. Les tanins sont très fins et, comme La Fleur, ce vin est dense et compact, avec des fruits étroitement attachés à la colonne vertébrale et qui se libèrent très lentement sur le palais, ce qui lui confère beaucoup d'intensité et de longueur. Sinueux et gracieux dans sa pureté absolue, ce vin est une très belle expression de Ribera del Duero et une véritable révélation. Une leçon de modération et d'équilibre. 96+.

La Fleur VivaltuS 2018 (Ribera del Duero ; 98% Tempranillo ; 1% Cabernet Sauvignon ; 1% Merlot ; sélection de parcelles situées à des altitudes comprises entre 750 et 1000 mètres sur des sols pauvres, argileux, sablonneux et calcaires ; 14% d'alcool). Le nez est légèrement poussiéreux et terreux, avec une minéralité prononcée et légèrement ferreuse, des herbes sauvages (romarin et thym), du muguet et des mûres de Logan, des prunes cuites et fraîches, un peu de damson également et un crayon fraîchement taillé. Serré sur la colonne vertébrale, il est d'une densité et d'une compacité impressionnantes en bouche, avec des tanins fins mais encore assez substantiels. Linéaire, pur et raffiné, il n'a rien perdu de son charme authentique et de son identité malgré la sophistication de la vinification. 94.

Communiqués en espagnol (blanc)

Communiqués en espagnol (blanc) Vintage Région Nouveau ? Evaluation
De la Riva Macharnudo San Cayetano 2022 Andalousie Oui 97+

De La Riva Macharnudo San Cayetano 2022 (Vino di Pasto ; 100% Palomino ; 13,5% d'alcool ; il s'agit d'un Palomino non fortifié provenant du célèbre vignoble Macharnudo à Jerez). Pêche blanche, peau d'abricot et floralité douce, délicate et légère. Un peu de safran et de noyau de pêche, d'amande et de coquille de noix. On note également une minéralité calcaire prononcée (provenant du terroir d'albariza). Cette minéralité, associée à une légère cire, fait presque penser à un premier cru de Chablis La Forest de Dauvissat. Une fraîcheur brûlante, mais aussi une telle richesse et une texture magnifiquement diaphane. Hyper salin. Merveilleux et merveilleusement cireux en bouche. Très différent. Fraîcheur choquante sur la finale longue et vibrante où la fraîcheur s'intensifie, saisissant le fruit et l'écrasant, pressant toute la richesse pour libérer une fabuleuse sapidité juteuse qui s'amenuise lentement jusqu'à un point de fuite lointain. Très long avec une linéarité digne d'un laser. Excellent. Très original et très excitant. C'est une véritable découverte. C'est aussi un vin qui bénéficie vraiment, à ce stade précoce, d'un carafage. 97+.

Communiqués de presse français (rouge) 

En France, les nouvelles étiquettes comprennent l'Hermitage La Chapelle et l'Hermitage Le Chevalier de Sterimberg de Caroline Frey, le Domaine de Baronarques, le Château d'Aussières du Domaine Barons de Rothschild, La Bouche du Roi et la micro-cuvée extrêmement rare de Philipponnat, Les Cintres, issue du Clos des Goisses.

Communiqués de presse français (rouge) Vintage Région Nouveau ? Evaluation
La Bouche du Roi Abondance 2022 île de France Oui 91
Domaine de Baronarques 2021 Languedoc-Roussillon Oui 92+
Château d'Aussières 2019 Languedoc-Roussillon Oui 92
Hermitage La Chapelle 2021 Rhône Oui 97
CNDP Beaucastel Hommage à Jacques Perrin 2021 Rhône Non 97

La Bouche du Roi Abondance 2022 (IGP île de France ; 100% Pinot Noir ; sur argile et calcaire). L'un des trois nouveaux vins rouges fascinants de cette propriété proche de Versailles qui recrée une vieille tradition de vinification dans la région qui était, auXVIIIe siècle, la plus productive de France. Framboise. Épices. Poivre blanc. Grenade et groseille. Frais, pur, souple, mais avec une bonne substance aussi. Le fruit est fermement attaché à la colonne vertébrale, ce qui lui confère une structure agréable. Pas de grande complexité mais beaucoup de pureté et de précision du fruit. Les tanins sont fins, mais un peu percutants et même agressifs en fin de bouche. Mais c'est une belle bouchée de jeune pinot sans prétention, frais et croquant, avec une belle note mentholée en fin de bouche. 91.

Domaine de Baronarques 2021 (Limoux ; 64% Merlot ; 13% Cabernet Franc ; 13% Malbec ; 8% Syrah ; 2% Cabernet Sauvignon ; 14% alcool). Elégant, subtil mais aromatiquement expressif et très joliment parfumé. Herbes sauvages. Une belle fraîcheur feuillue et un fruit croquant et brillant. Cassis. Myrtille. Ce vin est vif, chargé et vertical - on a presque l'impression qu'il s'agit d'un plateau calcaire de Saint-Émilion, avec cette verticalité et ces tanins crayeux à grain ultrafin. Un vin d'une complexité fascinante, même à ce stade précoce. C'est un vin d'une grande délicatesse et d'une grande finesse. J'aime la sapidité et la juteuse ondulation de la finale. Étiolé et raffiné, avec juste un peu de la chaleur du sud. 92+.

Domaine d'Aussières 2019 (Corbières ; 52% syrah ; 20% carignan ; 19% mourvèdre ; 9% grenache noir ; 14,5% alcool). Une nouvelle sortie et le premier vin de Corbières sur la place. Naturellement doux, avec la syrah qui domine pour l'instant les arômes. Épicé et poivré. Un peu de rasage de crayon et de graphite. La minéralité est assez ferreuse. Tendu et avec une bonne délimitation verticale, bien qu'un peu carré et statique pour l'instant. Il est avant tout dense et compact. Un vin impressionnant qui devrait représenter un excellent rapport qualité-prix. 92.

Hermitage La Chapelle 2021 (Hermitage ; 100 % syrah ; 13,5 % d'alcool ; certifié biologique). Pur, brillant, frais et très fidèle à son identité, ce vin est également floral, sapide, dynamique et énergique. Subtiles notes de fleurs blanches : glycine et jasmin. Des baies vives et croquantes qui éclatent en bouche. Une touche de fumée de bois et un soupçon subtil d'espresso. Compact et imposant, mais sans poids démonstratif. Les tanins à grain fin accentuent la sensation de superposition, donnant à ce vin une belle sensation, une forme et une évolution dynamique en bouche. Si doux, il est aussi très intense. Sapide et avec des courants ascendants de fraîcheur. Long et suprêmement élégant. Ce vin s'inscrit dans la lignée des grands vins récents de La Chapelle. 97. [une petite édition des millésimes 2006, 2011 et 2013 est également prévue - je les dégusterai dans un autre article].

Beaucastel Châteauneuf-du-Pape Hommage à Jacques Perrin 2021 (Châteauneuf-du-Pape ; 75% Mourvèdre ; 10% Syrah ; 10% Grenache ; 5% Counoise ; 14,5% alcool ; certifié biologique). Elégant et subtil avec une belle floralité foncée (en contraste avec les fleurs blanches de La Chapelle). Pivoines. Violettes. Pétales de rose. Il y a aussi une belle pureté fruitée de framboise. Tellement précis, pur et frais. Exquis. L'Hommage à Jacques Perrin est souvent difficile à apprécier à ce stade précoce, mais pas ici. Il est si souple, pur et tendre, d'une grande éloquence et d'une grande clarté, avec des tanins merveilleusement sveltes. J'aime le retour de la floralité et le caractère feuillu du thé vert en fin de bouche. 97.

Hermitage La Chapelle 2013 (Hermitage ; 100 % syrah ; pH 3,60 ; 13,5 % d'alcool ; 12 mois d'élevage en fûts de chêne, dont 15 % de fûts neufs, et en " œufs " de béton naturel). Ferreux et légèrement funky, ce vin est le plus immédiatement expressif sur le plan aromatique parmi le trio de millésimes plus anciens de la réédition de cette année. Il est terreux et cédraté, les fruits noirs à noyau - prunes et cerises cuites - jouant un rôle un peu plus en arrière-plan. Pétales de rose séchés, cuir également, truffe blanche et trompette de la mort avec plus d'aération. On sent le chêne un peu plus que dans le 2011 et ce vin est assez épicé, mais jamais sucré. Sinueux et plus ouvert, translucide et radieux en milieu de bouche, il n'a toutefois pas la profondeur, la densité et la concentration des plus grands millésimes récents. Mais il est encore très beau et la qualité de la gestion des tanins est extraordinaire. Sapide et frais en finale, il est en fait moins sec que lorsque je l'ai rencontré pour la première fois. Je l'aime encore plus maintenant que je le goûte à nouveau un an plus tard. Bien qu'il soit assez éthéré et aérien, je suis davantage frappé par la compacité du fruit en milieu de bouche et je réajuste (à la hausse) ma note précédente. 95.

Communiqués de presse français (rouge) Vintage Région Nouveau ? Evaluation
Hermitage La Chapelle 2006 Rhône Oui 92
Hermitage La Chapelle 2011 Rhône Oui 95
Hermitage La Chapelle 2013 Rhône Oui 95
Odysée 2020 Rhône et Bordeaux Non 93

Hermitage La Chapelle 2011 (Hermitage ; 100 % syrah ; pH 3,68 ; 14 % d'alcool ; seulement 15 % de chêne neuf). L'un des millésimes les plus expressifs sur le plan aromatique de La Chapelle. Très frais et pourtant ensoleillé dans sa personnalité et très floral à nouveau, mais avec des fleurs légèrement plus foncées - violettes, lilas, un soupçon de lavande aussi et ce caractère d'herbes sauvages que l'on trouve aussi dans le 2007. Mimosa et même un petit soupçon de fleur d'oranger. Dans un vol plus long, c'était le plus floral des millésimes de 2005. Mais il y a aussi une belle composante de cèdre classique et un fruité pur de framboise et de mûre plus vif et vibrant. Il est un peu plus large d'épaules, mais il est lumineux et clair au cœur, comme le 2009. Le milieu de bouche est ondulé et sinueux - moins linéaire que le 2010 - et la finale est merveilleuse. Les tanins sont mâchus et, surtout en fin de bouche, moins fins que les deux millésimes précédents. Charmant et authentique dans son léger soupçon d'austérité, mais toujours très attrayant et une belle expression du millésime. 95.

Hermitage La Chapelle 2006 (Hermitage ; 100 % syrah ; pH 3,57 ; 14 % d'alcool ; seulement 25 % de chêne neuf à partir de ce millésime). Dégusté dans le cadre d'une verticale à la propriété avec Caroline Frey en octobre 2022, puis fin août 2023. Le tout premier millésime entièrement produit par Caroline Frey (le 2005 venait juste d'être assemblé par elle). Charmant, doux et engageant, bien qu'un peu vieux jeu et légèrement funky dans le style millénaire de La Chapelle. Mûr, rond et très prêt. Il y a une touche de violette et, avec l'air, des copeaux de crayon, une note balsamique, un peu de girolle et de truffe blanche ; il y a aussi un léger soupçon de sous-bois et de sol de cave humide, mais cela renforce le caractère du vin. Très séduisant. Notes giboyeuses, truffe classique et cuir - terreux, avec un soupçon de garrigue et de thym sauvage, légèrement ferreux et même un peu sauvage. La minéralité est moins évidente et ce vin est plus doux que les derniers millésimes, légèrement plus concentrés et plus aptes à vieillir. Dans l'ensemble, ce vin a une bonne tenue et une bonne longueur en bouche, même si les tannins sont un peu rugueux, surtout en fin de bouche. 92.

Odysée 2020 (Vin de France ; 48% Cabernet Sauvignon ; 42% Grenache ; 10% Carignan ; de Pierre Graffeuille, maintenant au Château Montrose, et Matthieu Dumarcher ; les vieilles vignes de Grenache et de Carignan proviennent des vignobles de ce dernier à Baume-de-Transit dans le nord du Rhône méridional). Comme toujours, ce vin est plutôt amusant. Beaucoup d'épices - cannelle et un peu de clou de girofle - avec les éléments du Rhône qui dominent le nez à ce stade précoce (plus que dans d'autres millésimes de ce vin, si je me souviens bien). Les différentes composantes régionales ne semblent pas encore totalement intégrées, avec une victoire du Rhône sur le plan aromatique et peut-être un peu plus de Bordeaux - ou du moins une égalité honorable - sur le plan gustatif ! Il sera fascinant d'observer l'évolution de ce vin. Brillant, frais, sapide et ondulant avec beaucoup d'énergie. La minéralité est un peu riche en fer, voire " rouillée ", ce qui donne une impression de stagnation en fin de bouche. Mais il est fin et prometteur. Par-dessus tout, il récompensera la patience. 93.

Communiqués français (blanc)

Communiqués français (blanc) Vintage Région Nouveau ? Evaluation
La Bouche du Roi Les Louis d'Or 2022 île de France Oui 92
Domaine de Baronarques 2022 Languedoc-Roussillon Oui 94
Hermitage Le Chevalier de Sterimberg 2021 Rhône Oui 96

La Bouche du Roi Les Louis d'Or 2022 (IGP île de France ; 100% Chardonnay ; sur argile et calcaire ; 12,5% d'alcool). L'un des trois nouveaux vins blancs de cette propriété proche de Versailles, qui recrée une ancienne tradition de vinification dans la région qui était, auXVIIIe siècle, la plus productive de France. Ce vin présente une belle minéralité pétillante et une verticalité crayeuse. Citron confit, jus de citron frais et cordial de citron vert. Un peu de cire de bougie. Un soupçon d'orange sanguine également. Tendu avec un bel élan en bouche. Souple et surtout structuré. Frais et croquant, avec des zestes de citron et de pamplemousse blanc. Tendu, serré et long en finale avec une belle minéralité saline. 92.

Domaine de Baronarques blanc 2021 (Limoux ; 95 % chardonnay ; 5 % chenin blanc ; 13 % d'alcool). Crémeux, riche et pourtant merveilleusement pur, concentré et précis. Le nez est assez floral et délicat au premier abord, avec une salinité et une fraîcheur salivantes. Tout dans ce vin est cristallin. Très pur. Très fin. La présentation aromatique la plus verticale de cette petite série de millésimes. En bouche, il présente une forme et une évolution glorieuses à travers le palais. Plus serré et plus tendu dès le départ que le 2020, la fraîcheur est intégrée à l'ensemble plutôt que de surgir d'en bas. Très structuré. Un vin brillamment gracieux et d'une grande fraîcheur - dense, comme le 2020, mais plus compact, plus serré et plus tendu. Incroyablement long et incroyablement linéaire ... s'effilant par paliers vers la finale (comme si l'on descendait un long escalier de montagne). La finale est tellement dynamique et vive que l'on sent la santé du vignoble. Le meilleur Domaine de Baronarques que j'aie jamais goûté. 94.

Hermitage Le Chevalier de Sterimberg 2021 (Hermitage ; 100 % Marsanne ; 14 % d'alcool ; certifié biologique). Cristallin, pur, noiseté, frais et avec beaucoup de caractère minéral de pierre broyée. Une légère floraison blanche - du muguet peut-être. Hyper-vertical avec beaucoup de relief, la fraîcheur étant renforcée par la salinité. Sapide. Racé. Croustillant. Riche mais porté par l'impressionnante veine d'acidité. 96.

Sorties de champagne

Sorties de champagne Vintage Région Nouveau ? Evaluation
Château d'Avize (Leclerc Briant) 2013 Champagne Non 96
Clos Lanson (Lanson) 2008 Champagne Non 97
Clos des Goisses (Philipponnat) 2014 Champagne Non 98
Clos des Goisses L. V. (Philipponnat) 1998 Champagne Non 95+
Les Cintres (Philipponnat) 2012 Champagne Oui 99
*La Vigne aux Gamins (Thiénot) 2011 Champagne Non 95+

* une exclusivité du négociant CVBG

Château d'Avize (Leclerc Briant) 2013 (Champagne ; 100 % chardonnay ; dosage de 2,3 g/l ; dégorgé en avril 2023 ; 12 % d'alcool). L'une des trois seules étiquettes de châteaux de toute la région. Toast à la cannelle. Cinquante nuances d'agrumes et de yuzu. Léger, brillant et aérien. Élégant. Gracieux, même, dans le style ultra-frais qui lui est désormais familier. Ce vin se distingue par sa brillance, son intensité et son énergie, ses belles notes d'agrumes et sa grande salinité. Parfaitement jugé et juste ce qu'il faut. Fabuleux et tout aussi bon que le premier millésime, issu de l'exceptionnel millésime 2012. 96.

Clos Lanson (Lanson) 2008 (Champagne ; 100% Chardonnay ; seulement 1 hectare ; dosage de 4 g/l ; 12,5% d'alcool). Plus grillé que le Château d'Avize, avec des notes subtiles de brioche et un soupçon de levure. Il y a presque un caractère de whisky de grain dans ce vin et de beaux éléments floraux sauvages. Herbes de garrigue. Groseille à maquereau. Pépins et zestes de pamplemousse. Un soupçon d'amadou. Ce vin est d'une complexité stupéfiante et d'une grande jeunesse. Il est également plus riche et plus salin en bouche. Intense et merveilleusement concentré. Brillamment frais, mais aussi si délicat et raffiné. Tout à fait superbe. J'adore la jeunesse de ce vin et le petit soupçon d'iode et de coquille d'huître en fin de bouche. 97.

Clos des Goisses (Philipponnat) 2014 (Champagne ; 71% pinot noir ; 29% chardonnay ; dosage de 4,5 g/l ; dégorgé en mars ; 12,5% d'alcool ; pas de fermentation malolactique). Dégusté à Bordeaux en juillet puis avec Charles Philipponnat à la propriété deux semaines avant sa sortie. Subtil reflet d'or. Salé. Pain. Un peu d'amande blanchie ou d'amande de saison avant que les peaux ne soient formées et foncées. Yuzu. Le citron vert et le citron sous toutes leurs formes. Granny Smith. C'est un peu comme le 2013, mais plus fluide, encore plus frais et peut-être plus jeune aussi. Il contraste également avec Les Cintres (dégusté à côté) - presque délicat en comparaison. Limpide. Classique. Pur, bien qu'un peu plus fermé que Les Cintres. Fraise. Groseille. Cannelle. Fleurs blanches. Une petite note miellée aussi et une touche de safran. Très gracieux et raffiné. Tendu et frais, d'une grande élégance. Il gagnera en amplitude avec le temps, comme il le fait d'ailleurs à l'aération. Extrêmement tendu et chargé d'énergie. Éthéré. Très primitif, mais avec un potentiel stupéfiant. Hyper frais. Dense et plus compact que le Clos Lanson, avec encore plus de minéralité et de salinité. Il flotte, glisse et danse dans la bouche où il est, pour l'instant, beaucoup plus expressif. 98.

Les Cintres (Philipponnat) 2012 (Champagne ; 100% Pinot Noir ; dosage de 4,3 g/l ; dégorgé en juin 2022 ; 12,5% d'alcool ; 2176 bouteilles). Dégusté avec Charles Philipponnat à la propriété deux semaines avant sa sortie. Issu de deux parcelles internes au Clos des Goisses et élaboré uniquement dans les meilleurs millésimes à partir d'une sélection d'environ un tiers des raisins récoltés dans chaque parcelle - le reste étant destiné au Clos des Goisses. Un peu plus sombre que le Clos des Goisses, avec un soupçon de pyramides - l'or de Toutankhamon ! Ce vin présente une douceur naturelle étonnante et une richesse stupéfiante. Il est massif mais aussi structurellement frais - l'acidité fait partie intégrante de la personnalité de ce vin. Il est d'une expressivité impressionnante, à ce stade très précoce de son évolution, mais il a encore beaucoup à venir. Frangipane ; fruits rouges ; mangue ; un peu de chair de pêche blanche ; cassant de noix ; beaucoup de minéralité rocheuse ; safran ; coquille de langoustine rôtie ; guimauve ; tarte tatin; un petit soupçon de pâturage ; une touche de fleur d'oranger et de zeste de clémentine. Incroyable complexité aromatique, et incroyable étagement en bouche. Un vin qui allie une immense puissance à une énergie, une fraîcheur et une élégance incroyables. Nous sommes en présence d'une grandeur et d'une majesté rares. 99

Clos des Goisses 'L. V.' Long Vieillissement (Philipponnat) 1998 (Champagne ; 65% Pinot Noir et 35% Chardonnay ; dosage de 4,5 g/l ; dégorgé en mars 2023). Dégusté avec Charles Philipponnat à la propriété deux semaines avant sa sortie. Un vin d'une pureté stupéfiante. Un vin d'une pureté et d'une intensité stupéfiantes. Girolles et truffe noire, cèpes et trompettes de la mort. Coing, abricot et pêche. Quelques fruits exotiques, peut-être un peu de mangue. Safran. Ce vin est ample et plus riche que s'il avait été fait aujourd'hui. Risotto crémeux, avec beaucoup de beurre caramélisé. En bouche, des abricots, un peu de fleur d'oranger, juste un soupçon de framboise et de mûre de Logan. Et un peu de fleur de sel. La finale est plus svelte et étiolée, mais en même temps tout à fait merveilleuse. C'est une belle signature du millésime et de ce terroir exceptionnel. Sapide et juteux sur la finale gracieuse où le sens de la délicatesse et de la finesse est le plus fort. 95+.

Communiqués autrichiens

Communiqués autrichiens Vintage Région 1ère version ? Evaluation
Kracher TBA n° 4 Grande Cuvée Nouvelle Vague 2020 Burgenland Non 98+
Kracher TBA No. 1 Zweigelt 2020 Burgenland Non 94+
Kracher TBA N° 2 Traminer 2020 Burgenland Non 95
Kracher TBA No. 3 Scheurebe 2020 Burgenland Non 95
Kracher TBA n° 4 Grande Cuvée Nouvelle Vague 2020 Burgenland Non 98+
Kracher TBA No. 5 Rosenmuskateller 2020 Burgenland Non 96
Kracher TBA N° 6 Welschriesling 2020 Burgenland Non 97

Kracher Trockenbeerenauslese Grande Cuvée n°4 2020 (Burgenland ; 60% Welschriesling ; 40% Chardonnay ; 210 g/l de sucre résiduel ; acidité totale de 7,6 g/l ; 10% d'alcool). Dégusté avec Gerhard Kracher dans les bureaux de son courtier bordelais. Il s'agit de la principale sortie sur la place, les autres cuvées n'étant disponibles que dans le cadre de la caisse de collection 2020. Et elle contient, cette année, tout le chardonnay - il n'y a pas de monocépage chardonnay TBA dans ce millésime. L'or de Toutankhamon dans le verre. Plus fermé au nez que le 2019, dégusté à côté, mais d'une pureté étonnante. Cire de bougie. Safran. Ananas. Poires plutôt qu'abricots cette année, melon confit. Un peu de gingembre. Une touche d'épices - surtout de la cannelle. Crème brû lée et sucre brûlé. Beignets de cacahuètes. Tarte aux pommes avec le fond de tarte. Notes d'agrumes assorties. Citron vert. Ce vin est fabuleusement pur, incroyablement cristallin, énergique et intensément salin. Sapide et frais comme toujours. Ce vin semble cueillir ses fruits chaque année - nous avons ici une représentation pixélisée et parfaite de la poire blanche ! La finale est plus herbacée et saline, avec ce fabuleux caractère minéral propre à Kracher. Un vin brillamment excitant et une révélation. 98+.

 

Kracher Trockenbeerenauslese Zweigelt No. 1 2020 (Burgenland ; 100% Zweigelt ; 152,8 g/l de sucre résiduel ; acidité totale de 6,8 g/l ; 10,5% d'alcool). Disponible uniquement dans le cadre de la collection Kracher 2020. Un autre vin brillant de Kracher dans ce millésime. Ce vin est incroyablement pur, concentré et précis. C'est comme le parfum de pêches légèrement beurrées qui se flétrissent et se caramélisent sous un gril chaud. Mais il y a aussi une capture presque parfaite de la peau de pêche elle-même - on peut presque sentir les poils et leur texture dans la bouche. Et nous avons aussi non pas la crème en dessous, ni le sucre brûlé au-dessus, mais le point où le sucre caramélisé touche la crème brûlée en dessous. Un vin exquis qu'il faut vraiment goûter pour le comprendre. Onctueux, incroyablement savoureux et fabuleusement frais. 94+.

 

Kracher Trockenbeerenauslese Traminer No. 2 2020 (Burgenland ; 100 % Traminer ; 180,5 g/l de sucre résiduel ; acidité totale de 7,8 g/l ; 11 % d'alcool). Disponible uniquement dans le coffret de la collection Kracher 2020. Une fois de plus, ce vin est d'une pureté glorieuse et d'un parfum incroyable. Mais ici, le caractère botrytisé est plus évident, apportant des notes subtiles de truffe et accentuant la salinité. On trouve également de la pâte d'arachide, du zeste de citron, de la moelle de pamplemousse rose, de la poire Belle Hélène et, comme toujours avec Kracher TBA semble-t-il, l'impression la plus pure, la plus finement détaillée et la plus pixelisée d'un fruit parfaitement mûr - ici la poire, bien qu'en le dégustant à nouveau je trouve également du melon charantais. Merveilleux. Plus riche et beaucoup plus visqueux que la cuvée no. 1, mais avec la même énergie et la même vivacité captivantes. 95.

 

Kracher TBA No. 3 Scheurebe 2020 (Burgenland ; 100% Scheurebe ; 209 g/l de sucre résiduel ; acidité totale de 8,9 g/l ; 10,5% d'alcool). Disponible uniquement dans le cadre de la collection Kracher 2020. Gingembre. Ginger ale. Gingembre confit. Riz grillé japonais également. La note saline semble ici plus enrichie en fer. Cassonade de cacahuètes. Melon blanc, groseille blanche confite et groseille à maquereau. Incroyablement riche et pourtant si lumineux, avec une crème de riz au lait. Peut-être plus monotone que d'autres, mais j'aime ce côté " 50 nuances de gingembre " qui me rappelle vraiment Doisy Ducroca. Très salin, presque un soupçon de vestiaire d'athlète ! Une petite note exotique d'ananas frais, de fruit de la passion et de fruit du dragon. Un peu moins brûlant dans sa fraîcheur que les autres, mais avec beaucoup de potentiel de vieillissement. 95.

 

Kracher Trockenbeerenauslese Grande Cuvée n°4 2020 (Burgenland ; 60% Welschriesling ; 40% Chardonnay ; 210 g/l de sucre résiduel ; acidité totale de 7,6 g/l ; 10% d'alcool). Dégusté avec Gerhard Kracher dans les bureaux de son courtier bordelais. Il s'agit de la principale sortie sur la place, les autres cuvées n'étant disponibles que dans le cadre de la caisse de collection 2020. Et elle contient, cette année, tout le chardonnay - il n'y a pas de monocépage chardonnay TBA dans ce millésime. L'or de Toutankhamon dans le verre. Plus fermé au nez que le 2019, dégusté à côté, mais d'une pureté étonnante. Cire de bougie. Safran. Ananas. Poires plutôt qu'abricots cette année, melon confit. Un peu de gingembre. Une touche d'épices - surtout de la cannelle. Crème brû lée et sucre brûlé. Beignets de cacahuètes. Tarte aux pommes avec le fond de tarte. Notes d'agrumes assorties. Citron vert. Ce vin est fabuleusement pur, incroyablement cristallin, énergique et intensément salin. Sapide et frais comme toujours. Ce vin semble cueillir ses fruits chaque année - nous avons ici une représentation pixélisée et parfaite de la poire blanche ! La finale est plus herbacée et saline, avec ce fabuleux caractère minéral propre à Kracher. Un vin brillamment excitant et une révélation. 98+.

 

Kracher Trockenbeerenauslese Rosenmuskateller No. 5 2020 (Burgenland ; 100% Rosenmuskateller ; 252,5 g/l de sucre résiduel ; acidité totale de 8,5 g/l ; 9% d'alcool). Disponible uniquement dans le cadre de la collection Kracher 2020. Au nez, il est assez différent des autres, avec un caractère beaucoup plus fruité - on y trouve des figues, des raisins secs, des abricots secs, des raisins de Corinthe, un peu de prune fraîche et cuite et des épices douces assorties, mais aussi des pétales de rose confits, des loukoums, du patchouli, du thé à la camomille et un soupçon de frangipane. Ce vin est incroyablement dense, visqueux et huileux en bouche, mais il est doté d'une énergie, d'une fraîcheur et d'une vivacité remarquables qui sont la signature de tous les vins Kracher. La tension qui en résulte est d'autant plus surprenante que le vin est d'une densité et d'une concentration extrêmes. Spectaculaire. 96.

 

Kracher Trockenbeerenauslese Welschriesling No. 6 2020 (Burgenland ; 100% Welschriesling ; 304,7 g/l de sucre résiduel ; acidité totale de 8,4 g/l ; 8,5% d'alcool). Disponible uniquement dans le cadre de la collection Kracher 2020. Dégusté en dernier et étonnamment différent des autres, avec plus de fruits rouges au nez - framboise et fraises des bois confites - à côté des notes plus familières d'orange sanguine, de pêche au beurre, de pamplemousse rose et d'agrumes assortis et confits. Le nez est déjà intensément salin et la bouche est incroyablement saline. Le vin semble en fait légèrement moins visqueux que la cuvée Rosenmuskateller, malgré les 50 grammes supplémentaires de sucre résiduel par litre ! La raison en est le dynamisme presque miraculeux et à couper le souffle, ainsi que la sensation d'élan en bouche, qui nous incitent à penser qu'il s'agit, d'une certaine manière, d'un vin plus léger et plus délicat qu'il ne pourrait l'être à plus de 300 grammes par litre. Si tendu et si souple, si pur et cristallin, si raffiné. 97.

Communiqués de presse allemands (blancs)

Communiqués de presse allemands (blancs) Vintage Région Nouveau ? Evaluation
Weingut Battenfeld Spanier C.O. Liquid Earth* (Terre liquide) 2018 Rheinhessen Non 97

* - une exclusivité de Ginestet

Weingut Battenfeld Spanier C.O. Liquid Earth Riesling 2018 (Rheinhessen ; 100 % Riesling ; 12,5 % d'alcool). Merveilleux. Rayonnant. Explosif, avec une touche de cordite et de silex aux côtés des fruits brillants et de l'essence du riesling authentique. Zeste de citron vert confit et de pamplemousse, écorce de mandarine et riche minéralité caillouteuse. Il est incroyablement frais - on s'attend presque à quelque chose de plus doux au vu de la puissance et de l'intensité du nez, ce qui produit une merveilleuse sensation de choc et d'intérêt, renforçant la tension considérable. Immensément pur, concentré, ciselé et précis, avec cette brillante minéralité pierreuse et caillouteuse très évidente. Ce vin est brillant aujourd'hui, mais il vieillira gracieusement en renforçant le goût de noisette en arrière-plan. Superbe encore une fois. Grande identité du terroir une fois de plus. 97.

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non