Fermer Menu
Actualités

Pourquoi la visite du patron de LVMH, Bernard Arnault, en Chine fait-elle sensation ?

La récente visite de LVMH en Chine a montré aux analystes que l'importance du marché asiatique pour l'avenir des marques de luxe est primordiale.

La spéculation, qui fait suite à la visite du président-directeur général de LVMH, Bernard Arnault, dans le pays après que la Chine continentale a levé ses restrictions sur les voyages, a été alimentée par la presse locale, qui a souligné que les marques et les entreprises comptaient de plus en plus sur la population chinoise de 1,4 milliard d'habitants pour stimuler la croissance.

Le milliardaire français Arnault, qui aurait visité un centre commercial à Pékin la semaine dernière avant de se rendre à Chengdu, la capitale de la province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, et à Shanghai, avant de se rendre à Hong Kong.

LVMH, connu pour ses marques de boissons telles que Moët & Chandon, Krug, Veuve Clicquot, Hennessy et Château d'Yquem, a, selon les analystes, placé un fuseau inébranlable sur le marché haut de gamme de Hong Kong.

Selon Euromonitor, les consommateurs chinois devraient dépenser 444,7 milliards de dollars US en produits de luxe cette année, et 632,5 milliards de dollars US d'ici 2027, ce qui montre que les marques de boissons haut de gamme disposent d'une grande marge de manœuvre pour continuer à se développer.

M. Arnault n'était pas le premier propriétaire de marque de luxe à se rendre en Chine après sa réouverture puisque François Henri Pinault, président-directeur général de Kering, dont les marques comprennent Cartier, Saint Laurent et Gucci, s'y est rendu en février. D'autres patrons de marques mondiales ont également fait le déplacement récemment, notamment le fondateur de Tesla, Elon Musk, qui s'est rendu à Shanghai en mai, et le patron de JPMorgan Chase, Jamie Dimon.

La société mondiale de conseil en gestion Bain and Company a récemment déclaré aux journalistes: Les consommateurs de Chine continentale sont prêts à faire des folies cette année en achetant des produits coûteux, alimentant ainsi le "printemps du luxe". Mais contrairement à la tendance prépandémique qui consistait à acheter des produits de luxe à l'étranger, cette année, ils sont plus enclins à acheter des articles haut de gamme en Chine, entre 25 et 30 % de leurs achats de luxe étant effectués à l'étranger."

L'étude de marché d'Euromonitor a également révélé que pour les quatre prochaines années au moins, les dépenses de luxe de la Chine devraient dépasser celles des États-Unis et de l'Europe occidentale. Les consommateurs américains devraient dépenser 264,8 milliards de dollars US pour des articles haut de gamme cette année, pour atteindre 340,5 milliards de dollars US en 2027. Pour les Européens de l'Ouest, les dépenses de luxe devraient augmenter de 29 %, passant de 295 milliards de dollars US cette année à 381,5 milliards de dollars US en 2027.

Fflur Roberts, responsable des produits de luxe chez Euromonitor, explique : "La reprise est inégale d'une région à l'autre. Seules deux régions ont retrouvé leur niveau d'avant la pandémie : L'Asie et l'Amérique du Nord. La Chine continuera de dominer les ventes sur le marché mondial des produits de luxe et reste extrêmement importante pour la santé de l'industrie".

M. Roberts a également laissé entendre que la génération Z est considérée comme un groupe démographique de consommateurs crucial pour l'avenir des marques de luxe, qui doivent s'adapter à un ensemble de valeurs, telles que l'engagement en faveur de la durabilité, que la cohorte trouve pertinentes.

M. Roberts a ajouté : "La génération Z en Chine sera l'un des groupes de consommateurs les plus importants à moyen terme et, à mesure qu'elle gagnera en pouvoir d'achat, elle constituera également l'épine dorsale de la croissance économique au cours des dix prochaines années. Cela obligera notamment les marques de luxe à atteindre des objectifs et à tenir leurs promesses en matière de développement durable, et à s'adapter davantage à ces consommateurs grâce à l'utilisation des nouvelles technologies. Les marchés émergents et en développement étant le moteur de la croissance, une véritable représentation culturelle et l'inclusion seront primordiales.

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non