Fermer Menu
Actualités

Confirmation de l'accord de libre-échange entre le Royaume-Uni et la Nouvelle-Zélande

L'accord de libre-échange très attendu entre la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni entrera en vigueur à la fin de ce mois, éliminant les droits de douane sur 97 % des exportations.

L'accord de libre-échange entre la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni, qui supprimera à terme les droits de douane sur toutes les exportations, entrera en vigueur à la fin du mois de mai, marquant ainsi une étape importante dans les relations entre les deux pays.

À partir du 31 mai, les droits de douane sur plus de 97 % des exportations des deux pays, y compris le vin, le miel et les oignons, seront supprimés.

Le Premier ministre néo-zélandais, Chris Hipkins, a qualifié l'accord de "formidable opportunité" et a révélé qu'il permettrait aux exportateurs néo-zélandais d'économiser quelque 37 millions de dollars néo-zélandais par an.

"Les exportateurs néo-zélandais ont une chance inouïe de se faire connaître du monde entier et je suis convaincu qu'ils sont prêts à le faire", a-t-il déclaré hier dans un communiqué.

L'organisation professionnelle du vin, New Zealand Winegrowers, s'est félicitée de la nouvelle après un parcours sinueux pour faire passer l'accord, entravé par de multiples changements au sein du gouvernement britannique, ainsi que par le départ de l'ancien Premier ministre néo-zélandais Jacinda Adern en février de cette année.

"L'accord de libre-échange avec le Royaume-Uni est très positif pour l'industrie viticole néo-zélandaise. Il permettra d'aligner plus étroitement les normes de vinification des deux pays et contribuera à réduire les obstacles techniques au commerce, en minimisant les charges liées aux exigences en matière de certification et d'étiquetage pour les exportations de vin néo-zélandais", a déclaré Sarah Wilson, directrice générale de la défense des intérêts et avocate générale chez New Zealand Winegrowers.

"Il soutiendra également la croissance future du marché et encouragera les exportateurs à se concentrer sur le Royaume-Uni, qui est le deuxième marché d'exportation de vin de la Nouvelle-Zélande.

"Cet accord est particulièrement important à un moment où nous sommes confrontés à une augmentation des coûts dans l'ensemble de l'industrie, et il fera une grande différence pour ceux qui exportent vers le marché britannique. Nous remercions les ministres et les fonctionnaires pour leur soutien et la conduite des négociations en cours ces dernières années, en des temps difficiles et incertains".

Lors d'un entretien exclusif avec le secteur des boissons en février, Philip Gregan, PDG de New Zealand Winegrowers, a prédit que la conclusion de l'accord était imminente.

"Rien n'empêchera l'accord d'entrer en vigueur, il s'agit simplement de le faire passer par le cadre réglementaire", avait-il déclaré à l'époque.

M. Gregan a souligné qu'un tel accord permettrait non seulement aux producteurs néo-zélandais d'exporter plus facilement vers le Royaume-Uni, mais aussi à la viticulture d'être plus moderne et plus souple.

Plutôt que d'être soumis aux règles strictes de l'UE, l'accord de libre-échange signifie que nos viticulteurs auront accès à une gamme plus "normale" de techniques de vinification", a-t-il déclaré à db.

"Lorsque nous produisons du vin pour le vendre aux États-Unis, par exemple, nous le faisons exactement de la même manière que pour le vendre à notre marché intérieur. Mais jusqu'à présent, ce n'était pas le cas pour le Royaume-Uni. L'accord de libre-échange signifie que les producteurs pourront produire du vin de la manière qui leur convient et qui correspond aux saisons, plutôt que de devoir suivre un protocole restrictif en ce qui concerne des éléments tels que l'acidification et la désacidification.

Il semble que vous soyez en Asie, voulez-vous être redirigé vers l'édition de Drinks Business Asia ? Drinks Business Asia?

Oui, je vous invite à consulter l'édition Asie Non